— kikovic / Shutterstock.com

Cette nouvelle étude américaine montre que les femmes buvant deux à trois tasses de café par jour présentent un taux de graisse corporelle globale et abdominale plus faible que celles qui en boivent moins.

Des niveaux de graisse corporelle et abdominale plus faibles chez les consommatrices régulières de café

Dans le cadre de ces travaux publiés dans le Journal of Nutrition, les chercheurs ont examiné les données de la National Health and Nutrition Examination Survey, enquête menée par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) américains, et étudié la relation entre le nombre de tasses de café bues quotidiennement et le pourcentage de graisse corporelle globale et abdominale.

Et il s’est avéré que les femmes âgées de 20 à 44 ans qui buvaient deux à trois tasses de café par jour présentaient les niveaux de graisse abdominale les plus bas, se révélant 3,4 % plus faibles que ceux des sujets qui ne consommaient pas de café. Parmi les femmes âgées de 45 à 69 ans, celles qui buvaient quatre tasses de café ou plus présentaient quant à elles des niveaux de graisse abdominale 4,1 % plus faibles.

Globalement, le pourcentage moyen de graisse corporelle totale était 2,8 % plus faible chez les femmes de tous âges qui buvaient deux ou trois tasses de café par jour. Et il s’avère que ces résultats restaient cohérents, que le café consommé soit caféiné ou décaféiné, ainsi que parmi les fumeuses/non-fumeuses, et celles souffrant de maladies chroniques/en bonne santé.

Les composés bioactifs du café pourraient potentiellement être utilisés pour lutter contre le surpoids et l’obésité

Si l’effet était moins marqué chez les hommes, ceux âgés de 20 à 44 ans qui buvaient deux ou trois tasses de café par jour présentaient toutefois des niveaux de graisse corporelle globale et de graisse abdominale respectivement 1,3 % et 1,8 % plus faibles que ceux n’en consommant pas du tout.

« Nos recherches suggèrent que le café pourrait renfermer des composés bioactifs autres que la caféine contribuant à réguler le poids corporel, qui pourraient potentiellement être utilisés pour lutter contre le surpoids et l’obésité », estime Lee Smith, chercheur à l’université Anglia Ruskin et auteur principal de l’étude.

« Il est toutefois important d’interpréter les résultats de cette étude à la lumière de ses limites, celle-ci ayant été réalisée à un moment précis, il est impossible d’établir des tendances. Cependant, nous ne pensons pas que le poids d’une personne soit susceptible d’influencer sa consommation de café », conclut le chercheur.

Chaque année, on estime que 7 millions de tonnes de café sont consommés dans le monde, ce qui représente environ 2,3 millions de tasses bues chaque minute.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de