— Antares_StarExplorer / Shutterstock.com

Des astronomes ont récemment repéré deux énormes bulles de rayons X, s’étendant de part et d’autre de la Voie lactée. Celles-ci proviendraient vraisemblablement d’un évènement extraordinaire survenu au centre de la galaxie.

Des structures gazeuses gigantesques

Détaillée dans la revue Nature, la découverte de ces deux gigantesques bulles de plasma chaud a été réalisée par une équipe de scientifiques dirigée par Andre Merloni, de l’Institut Max Planck (Allemagne). L’analyse des images du cosmos prises par le télescope à rayons X eROSITA a révélé que ces sphères de gaz géantes s’étendaient sur plus de 45 000 années-lumière au-dessus et en dessous du disque galactique de la Voie lactée, qui possède un diamètre d’environ 105 000 années-lumière.

Si la bulle présente au-dessus de notre galaxie avait été identifiée précédemment, jusqu’à récemment, les astronomes ne disposaient pas de télescopes à rayons X suffisamment sensibles pour observer la bulle sud, plus ténue. « La sphère n’étant auparavant visible que d’un seul côté de la Voie lactée, il était difficile de déterminer sa provenance », explique Merloni. « Mais la détection de la bulle méridionale a permis de lever une grande partie de la controverse à son sujet. »

« Avant cela, nous ignorions si la bulle septentrionale venait du centre de la galaxie ou s’il s’agissait en fait d’une structure plus proche que nous observions fortuitement sous un angle nous donnant cette impression », poursuit le chercheur. « Ces nouvelles observations appuient largement la première hypothèse, bien que nous ne sachions toujours pas pourquoi la bulle sud est moins dense que la bulle nord. »

Image montrant les deux gigantesques bulles s’étendant de part et d’autre du disque de la Voie lactée

Deux scénarios envisagés par les chercheurs

Ces bulles de rayons X ont vraisemblablement été causées par le même évènement à l’origine des bulles de Fermi, structures similaires mais légèrement moins étendues émettant des rayons gamma, observées dans notre galaxie en 2013. En raison de leur taille gigantesque, deux scénarios sont actuellement envisagés.

Bien que les chercheurs n’excluent pas la possibilité qu’il s’agisse d’une onde de choc issue d’un intense épisode de naissance stellaire à proximité du centre de la galaxie, ce type d’évènement serait peu susceptible de libérer une quantité suffisante d’énergie pour former de telles structures. Selon eux, les bulles ont probablement été formées lorsque de la matière est tombée dans le trou noir supermassif au centre de la Voie lactée (duquel nous serions 2 000 années-lumière plus proche que prévu), produisant une explosion spectaculaire d’énergie qui aurait traversé le halo gazeux entourant notre galaxie.

La mission eROSITA devant se poursuivre pendant au moins six ans, des observations ultérieures devraient permettre aux astronomes d’en apprendre plus sur l’origine de ces gigantesques bulles.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de