— Coatesy / Shutterstock.com

Selon une nouvelle étude, un blaireau en quête de nourriture aurait accidentellement mis au jour un véritable trésor archéologique, composé de centaines de pièces romaines, dans le nord de l’Espagne.

Une trouvaille archéologique exceptionnelle

Détaillé dans la revue Notebooks of Prehistory and Archeology, l’impressionnant butin a été découvert en avril 2021, à l’entrée d’une petite grotte située près de la commune de Grado (Asturies). Les chercheurs pensent que les pièces ont été déterrées par un blaireau européen occupant un terrier proche, après qu’une forte tempête a recouvert le sol des bois environnants de plusieurs mètres de neige, rendant la recherche de nourriture plus difficile pour les animaux.

Au total, les chercheurs ont identifié 209 pièces de bronze et de cuivre datant du troisième au cinquième siècle de notre ère. Une analyse plus poussée a révélé que celles-ci avaient été frappées dans différentes parties de l’Empire romain, notamment à Constantinople (aujourd’hui Istanbul), Thessalonique et Londres.

« Il s’agit d’une découverte exceptionnelle et du plus grand ensemble de pièces romaines jamais découvert dans une grotte du nord de l’Espagne », ont déclaré les auteurs de l’étude. « Le blaireau affamé s’est probablement aventuré dans la grotte à la recherche de quelque chose à manger, mais il est tombé sur les pièces à la place. »

À la fin des années 1930, une collection de 14 pièces romaines en or avait également été mise au jour dans la même forêt. Les auteurs de l’étude pensent qu’une période d’instabilité politique intense aurait pu pousser les habitants de la région à y dissimuler leur magot.

« La prochaine étape consistera à savoir s’il s’agissait d’une simple cachette ou si un groupe d’humains y vivait »

La pièce la plus récente de l’ensemble récemment découvert date de 430 après J.-C., et se révèle par conséquent postérieure à l’invasion des Suèves, un groupe de peuples germaniques ayant chassé les Romains d’Espagne en 409.

Selon l’équipe, les pièces auraient pu faire partie d’un butin plus important. Celle-ci prévoit d’effectuer de nouvelles fouilles afin d’en trouver davantage, et de déterminer si la grotte a pu être occupée par des Romains.

« L’accumulation de découvertes importantes pourrait – avec prudence – être considérée comme une conséquence des conflits ayant secoué la région », a estimé Alfonso Fanjul Peraza, archéologue à l’université autonome de Madrid et auteur principal de l’étude. « La prochaine étape consistera à savoir s’il s’agissait d’une simple cachette ou si un groupe d’humains y vivait. »

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Chantal SYVERSON
Chantal SYVERSON
4 mois

A-t-on donné quelque chose à manger au blaireau ?