― wildestanimal / Shutterstock.com

Aussi appelée baleine noire de l’Atlantique Nord ou baleine de Biscaye, la baleine franche de l’Atlantique Nord est l’espèce la plus menacée des baleines à fanons. Par conséquent, l’évolution de sa population a été suivie de près par les scientifiques au cours de ces dernières années. Grâce à ces observations, l’on a découvert que les baleines franches sont aujourd’hui bien plus petites qu’il y a trente ans.

La population de baleines de Biscaye a beaucoup diminué

Les baleines franches ont significativement rétréci au cours des dernières décennies, selon une étude. Cette espèce vit le long des côtes européennes et américaines, au nord de l’océan Atlantique. Elle se nourrit principalement de Calanus finmarchicus, une espèce de crustacés copépodes, en nageant lentement, la bouche ouverte. Cela les rend particulièrement vulnérables aux chocs avec les bateaux. Par ailleurs, 50 % de la mortalité de l’espèce est liée aux collisions avec des bateaux.

Concernant sa population, l’espèce comptait environ 5 000 individus au début du vingtième siècle. Malheureusement, ce nombre est tombé à 100 individus dans les années 1980, avant de remonter à 365 individus lors d’un récent recensement. Malgré tout, l’espèce est considérée comme en danger critique d’extinction depuis l’année dernière et pourrait complètement disparaître d’ici 20 ans.

Au vu de cette situation, des chercheurs de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), en Californie, ont observé les baleines franches de l’Atlantique Nord au cours des quatre dernières décennies. Et en se penchant sur les images aériennes collectées à partir d’avions et de drones depuis 20 ans, ils ont pu remarquer que les baleines ont perdu 1 mètre de longueur par rapport aux baleines nées au début des années 1980.

© Madeline Wukusick

202 mesures collectées par les scientifiques

L’équipe de Joshua Stewart de la NOAA a collecté 202 mesures de 129 baleines nées entre 1981 et 2019. Parmi ces mesures, 133 ont été prises depuis des avions entre 2000 et 2002 tandis que 69 ont été prises à partir de drones télécommandés entre 2016 et 2019. Toutes les mesures ont ensuite été associées aux années de naissance des baleines. En outre, les scientifiques ont aussi vérifié si leur mère a été enchevêtrée dans des engins de pêche.

Dans la généralité, les baleines nées il y a 40 ans étaient plus longues que celles qui sont nées plus récemment. Les baleines ont notamment perdu 2,5 centimètres de longueur chaque année après 1981. Ainsi, la longueur de ces mammifères a diminué de 7,3 % depuis cette année. En d’autres termes, ils ont perdu un mètre de longueur par rapport aux individus nés dans les années 1980.

Joshua Stewart explique que « ce retard de croissance pourrait être dû à des impacts cumulatifs, car il se passe tellement de choses dans l’Atlantique Nord ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de