Lorie Shaull / Creative Commons

Londres a pu légaliser le mariage pour tous et le droit à l’avortement en Irlande du Nord suite à la paralysie politique qui touche la province. Une décision qui divise la presse britannique.

L’avortement et le mariage pour tous étaient encore illégaux en Irlande du Nord, contrairement au reste du Royaume-Uni

C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre en Irlande du Nord. Mardi dernier à Belfast, l’avortement a été libéralisé et le mariage homosexuel légalisé. Contrairement à tous les autres pays du Royaume-Uni, l’avortement et le mariage entre personnes du même sexe étaient jusqu’ici illégaux en Irlande du Nord. Depuis 1967, une loi autorise l’avortement dans tout le Royaume-Uni sauf en Irlande du Nord où l‘IVG était exceptionnellement autorisée si la grossesse pouvait menacer la vie de la mère. Des milliers de femmes étaient alors obligées de voyager pour échapper à cette contrainte et pouvoir se faire avorter. En effet, elles risquaient la prison si elles effectuaient un avortement en Irlande du Nord.

Des mesures qui divisent la presse britannique

Mais c’est surtout la façon dont ont été adoptés ces deux amendements qui retient l’attention de la presse britannique. Le droit à l’avortement et le mariage pour tous ont été légalisés par le Parlement de Londres, Westminster, et non par l’assemblée nord-irlandaise, le Stormont. C’est dans cette ville que sont gérées les affaires courantes de l’Irlande du Nord depuis janvier 2017 en raison de la paralysie de l’exécutif local suite à un scandale politico-financier. Avec des institutions politiques à l’arrêt, les affaires courantes de la province sont depuis gérées par Westminster. C’est en profitant de cette paralysie politique locale que les députés de Westminster ont voté des amendements en juillet pour légaliser le droit à l’avortement et le mariage homosexuel en Irlande du Nord si aucun gouvernement local n’était formé d’ici ce lundi.

« Ce n’est pas un bon jour pour la démocratie si de nouvelles lois sur l’avortement et le mariage entre personnes de même sexe sont introduites sans aucune contribution des représentants élus localement », déplore The Irish News qui condamne les circonstances dans lesquelles ces mesures ont été prises. « C’est aujourd’hui le jour zéro d’une nouvelle Irlande du Nord progressiste », déclare à l’inverse The Guardian.

Un « affront à la dignité humaine et à la vie humaine »

Des manifestants favorables à ces mesures qui se sont battus pour permettre l’accès des femmes à l’avortement, ont posé devant le Parlement devant de grandes lettres formant le mot « Dépénalisé ». Jane Peaker, une manifestante, a déclaré que c’était une « bonne chose que ça arrive, peut-être un peu moins que ça ne soit pas venu de notre gouvernement mais c’est tout de même une victoire».

Mais cette euphorie ne touche pas l’ensemble de la classe politique nord-irlandaise. Certains on fait savoir leur mécontentement : « C’est un jour très triste« , a déclaré par exemple l’ancienne Première ministre nord-irlandaise Arlene Foster, en mentionnant un « affront à la dignité humaine et à la vie humaine« . Des militants anti-avortement ont également manifesté contre ces réformes devant l’assemblée nord-irlandaise considérant ces lois comme « non démocratiques et injustes ». Des députés nord-irlandais opposés aux amendements n’ont pas tardé à faire savoir leur mécontentement, en se réunissant lundi dernier au parlement local de Belfast, pour débattre des lois adoptées par Westminster. Un rassemblement plus symbolique qu’efficace.
En effet, sans soutien politique, la loi n’avait aucune chance d’être bloquée.

Trevor Lunn, élu au parti centriste Alliance, estime qu’il ne faut pas « nier aux femmes et aux personnes LGBT les droits qui leur sont garantis dans le reste du Royaume-Uni ». Les premiers mariages entre personnes du même sexe devraient « au plus tard » avoir lieu « la semaine de la Saint-Valentin 2020 », a déclaré Julian Smith, le secrétaire d’Etat chargé de l’Irlande du Nord.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de