Afin de réduire les populations de félins sauvages, responsables de l’extinction de nombreuses espèces endémiques du continent, le gouvernement australien a ordonné le largage par avion de quantités impressionnantes de saucisses empoisonnées dans les régions du pays les plus touchées.

Un mal nécessaire

Au premier abord, rien ne semble distinguer ces fameuses saucisses de celles que l’on trouve dans les grandes surfaces. Mais il se trouve que celles-ci contiennent un ingrédient mortel en plus de la viande de kangourou, des épices et de la graisse de poulet : du fluoroacétate de sodium. Présent naturellement dans certaines plantes endémiques du continent, l’ingestion de ce composé se révèlera fatale pour les chats et d’autres espèces carnivores, mais ne mettra pas en péril la survie des espèces endémiques, qui ont développé une résistance à cette toxine.

Poudre blanche inodore, le fluoroacétate de sodium est un poison métabolique qui va gravement perturber le fonctionnement des cellules, entraîner une perte de conscience et la mort, selon l’Agence australienne en charge de l’environnement (SEWPAC). Cette dernière a par ailleurs confirmé que d’autres types de saucisses contenant du para-aminopropiophénone, composé également mortel pour les chats, seront également larguées dans les mois qui viennent.

Si les défenseurs de la cause animale peuvent être choqués à l’idée que ces félins soient délibérément empoisonnés, il faut savoir que les populations de chats sauvages sont devenues incontrôlables en Australie et déciment la faune endémique depuis des décennies.

Les chats sauvages représentent « la plus grande menace » pour les espèces endémiques d’Australie

Espèce invasive, les chats ont débarqué sur le continent en même temps que les colons européens dans les années 1700, et de véritables colonies sauvages se sont établies dans la nature australienne à partir de 1850. Depuis, 34 espèces de mammifères endémiques ont disparu du continent, et les biologistes estiment que les chats sauvages sont directement responsables de 22 de ces extinctions. Actuellement, ils sont identifiés comme une menace pour 35 espèces d’oiseaux, 36 espèces de mammifères, 7 espèces de reptiles et 3 espèces d’amphibiens.

En 2018, des chercheurs ont estimé que les chats sauvages australiens tuaient à eux seuls un million de reptiles par jour. Selon l’Australian Wildlife Conservancy, ces félins sont responsables chaque année de la mort de 316 millions d’oiseaux et 596 millions de reptiles. Présents sur la totalité du continent (dont 80 % de ses îles), ils seraient entre 2 et 6,3 millions et représentent pour l’Australia Threatened Species « la plus grande menace pour les espèces endémiques d’Australie », qui considère cette « campagne d’empoisonnement » comme indispensable.

Environ 211 000 chats sauvages ont été abattus en Australie en 2016. Le largage d’appâts empoisonnés, complété par le tir et le piégeage, permettrait d’éradiquer environ 2 millions d’individus supplémentaires.

COMMENTEZ
8

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
7 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
4 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
7 Auteurs du commentaire
Doriane ChevalierSolange HanssensRONDEAU VéroniqueJean MichelDuschmoll Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Annemi
Invité
Annemi

Ne serait-il pas possible plutôt de faire comme en France des stérilisations ..? Ce serait plus « humain » ….

Cheilletz
Invité
Cheilletz

Ne serait-il pas possible de faire, comme en France , des stérilisations ? Ce serait plus «  humain » …