La Russie l’affirme : elle est désormais capable d’éteindre les satellites ennemis grâce à une arme mystérieuse

Dans un climat ressemblant de plus en plus à la Guerre Froide, la Russie a affirmé avoir conçu une “super arme” capable d’éteindre les armes ennemies et les satellites étrangers. En cas de conflit, ce système aurait des conséquences désastreuses pour les ennemis des Russes. SooCurious vous en dit plus sur cette nouvelle invention.

Cette arme pourrait être la plus puissante de toutes. Conçue par le groupe russe spécialisé dans les technologies radio-électroniques (KRET), elle a été baptisée Krasuha-4. Le système fonctionne autant sur des véhicules terrestres que marins ou aériens, le KRET refuse toutefois d’expliquer son système de fonctionnement. Afin de se soumettre aux lois internationales sur les armes, la Russie ne le placera pas sur ses satellites.

L’utilisation d’une telle arme serait catastrophique pour les ennemis de Vladimir Poutine. Elle est en effet capable de “cibler les tableaux de bord de l’ennemi, les avions à longue distance et les appareils électroniques”, a expliqué le directeur du KRET, Yuri Mayevski. Krasuha-4 pourra également endommager l’équipement radio-électronique des satellites militaires étrangers. Autrement dit, les communications, la navigation et la localisation des cibles seront impossibles à effectuer. Les Russes ne comptent pas s’arrêter là, il souhaitent l’utiliser contre les armes ennemies, ce qui les rendrait inutilisables.

Krasuha-4 n’a pas encore quitté l’usine mais a été testée dans des ateliers. La “super arme” devrait être essayée d’ici à la fin de l’année 2015. Il s’agit d’un système extrêmement puissant et précis. Certains s’inquiètent de cette annonce par la Russie notamment en cette période où les relations internationales sont tendues. Et vous, pensez-vous qu’il faudrait interdire la création d’armes ou croyez-vous qu’il est normal que le progrès intervienne aussi dans ce secteur ?


Chaque jour en France, 2240 bébés naissent dont 1100 filles et 1140 garçons.

— @InseeFr