antibiotique synthetique
— YJPTO / shutterstock.com

La conception de divers médicaments remonte déjà à des milliers d’années, que cela suive un procédé pharmaceutique ou traditionnel. Actuellement, des chercheurs ont mis au point un nouvel antibiotique qui serait efficace contre toutes les infections existantes, surtout face aux nouveaux virus existants tels que le SARM. Ce nouvel antibiotique a donc été conçu par des chercheurs de l’université Rockefeller. Ils l’ont baptisée « la cilagicine ». Le médicament s’avère déjà efficace lors des tests sur les souris en laboratoire.

Un nouveau médicament efficace

Lors des essais chimiques, le médicament était efficace sur les souris portant l’infection du SARM. De plus, les chercheurs ont affirmé qu’il interagit avec ces menaces et les neutralise par une nouvelle voie chimique. En effet, des simulations informatiques des gènes bactériens suggèrent que ce composé pourrait même tuer les bactéries les plus tenaces comparées à un large éventail d’autres antibiotiques en raison de la voie chimique qu’il cible. À savoir que la plupart des antibiotiques d’aujourd’hui ont été développés à partir de l’observation de la façon dont les bactéries s’entretuent.

Mais ce n’est pas seulement à cette époque que cela été effectué parce que, même à l’époque de la conception de la pénicilline, les chercheurs ont utilisé ce procédé. De ce fait, en se basant sur le même principe, les chercheurs d’aujourd’hui tentent de les associer avec de nouveaux composants puisque certaines bactéries sont devenues plus résistantes que d’autres. Les chercheurs se sont donc tournés vers les algorithmes. Le principe est donc d’analyser des échantillons d’ADN afin de connaître la structure des composés qu’ils codent. De ce fait, les données obtenues pourront servir à simuler l’action des candidats antibiotiques. Donc, s’ils se révèlent prometteurs, ils seront synthétisés en laboratoire.

— peterschreiber.media / Shutterstock.com

Les essais cliniques de la cilagicine ont été un succès

Durant les recherches, les scientifiques ne sont pas tombés sur la bonne séquence dès la première tentative. Ce n’est qu’après plusieurs essais qu’ils ont détecté le gène « cil ». Lors des essais, les chercheurs ont pu observer que la cilagicine a détruit de manière fiable les bactéries Gram positives sans nuire aux cellules humaines. Après cela, ils ont procédé à une optimisation chimique afin qu’elle puisse être utilisée sur les animaux vivants. Comme le cas des souris en laboratoire, c’était un réel succès. En effet, le médicament s’est avéré efficace dans le traitement des infections bactériennes chez les animaux. En sera-t-il de même chez l’être humain ?  

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments