Se laver les mains
— HollyHarry / Shutterstock.com

Le savon fait la chasse aux germes et autres microorganismes néfastes pour notre corps. Ce super-pouvoir serait en fait intégré dans sa structure moléculaire.

La stratégie du savon

La règle est la suivante : pour se laver les mains efficacement, frotter au savon pendant vingt à trente secondes est le meilleur moyen de se protéger des agents pathogènes (dont le Covid-19 !). Mais au fait, comment la mousse du savon que l’on utilise contribue-t-elle à tuer toutes les bactéries et virus qui sont sur nos mains ?

Il faut savoir que ce pouvoir destructeur de germes vient de la structure moléculaire du savon. Une molécule de savon comporte une « tête » attachée à une « queue ». La tête est dite hydrophile, ce qui signifie qu’elle aime l’eau, alors que la queue est hydrophobe, donc elle repousse l’eau. En revanche, elle aura une affinité avec les graisses. Et ça tombe bien puisque les bactéries et virus ont une membrane lipidique, qui les rend donc vulnérables aux molécules de savon. La queue de la molécule de savon s’insère dans la membrane du pathogène, ce qui cause sa perte.

Certaines bactéries ou virus disposent de membranes cellulaires particulièrement solides, qui leur permettent de survivre même après l’attaque de la fameuse queue hydrophobe. Mais il est toujours possible pour les molécules de savon d’agir comme des soldats et d’entourer et isoler ces pathogènes pour les vaincre. Dans ce cas, les queues hydrophobes se fixent à la membrane lipidique de la cellule à éliminer. Pendant ce temps, les têtes hydrophiles sont tournées vers l’extérieur. Cela va former une petite boule contenant plein de molécules de savon, ce qu’on va appeler micelle. Capturés par les micelles, les agents pathogènes sont vite balayés de vos mains lorsque vous rincez avec l’eau, puisque l’extérieur des micelles est hydrophile.

savon main microbes
— yusufdemirci / Shutterstock.com

Mais qu’en disent les études ?

En 2010, des scientifiques ont voulu évaluer l’efficacité du savon. Pour cela, ils ont demandé à 20 volontaires de se contaminer les mains 480 fois avec des bactéries responsables de la diarrhée. Par la suite, ils ont été répartis en trois groupes, et ont dû réaliser l’une des trois actions suivantes : se laver les mains avec du savon, se laver les mains avec de l’eau uniquement, ou ne pas se laver les mains du tout. Leurs mains ont ensuite été passées au crible : de nombreux tests de dépistage de ces bactéries ont été faits. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le résultat de l’étude est très significatif.

Les personnes ne s’étant pas lavé les mains avaient le taux le plus élevé de bactéries sur leurs mains : elles étaient présentes chez 44 % d’entre elles. Tandis que chez celles s’étant lavé les mains uniquement à l’eau, les bactéries étaient présentes chez 23 % des participants. Et enfin, jackpot pour le groupe qui s’est lavé les mains avec de l’eau et du savon, les bactéries n’ont été détectées que chez 8 % d’entre eux.

Mais attention, pour que cela marche bien, il faut frotter au moins 20 secondes pour que le savon fasse son travail, c’est-à-dire pour que la queue de la molécule de savon ait le temps de se lier aux bactéries et virus sur vos mains.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments