Les feux déclenchés après que l’Australie a connu son année la plus chaude continuent de ravager le pays, laissant dans leur sillage de nombreuses victimes. L’écologiste Chris Dickman et le World Wildlife Fund (WWF) estiment le nombre d’animaux ayant péri à 1,25 milliard. Un bilan qui ne cesse de s’alourdir…

Un massacre record…

Le niveau du carnage qui touche le monde animal n’avait encore jamais été atteint en si peu de temps. On estime à 1,25 milliard le nombre d’animaux ayant péri. Et encore, l’estimation réalisée ne prend pas en compte les insectes, les grenouilles ou encore les chauves-souris. Les feux ont déjà brûlé environ 10 millions d’hectares, tandis que leur fumée a parcouru plus de 11 000 kilomètres. Une étude parue en décembre dernier déplore que l’Australie ait perdu 30 % de sa population de koalas. Et ce pourcentage n’a pas fini d’augmenter…

L’estimation réalisée par l’écologiste de l’université de Nouvelle-Galles du Sud, Chris Dickman, et le World Wildlife Fund (WWF) a été réalisée d’après une méthode développée dans un rapport de 2007 à propos du défrichement. D’après ce rapport, pour 650 000 hectares de terres brûlées par le défrichage approuvé de la végétation indigène sur la faune australienne en Nouvelle-Galles du Sud, 104 millions d’animaux périraient. Des mises en garde qui prennent une tout autre dimension aujourd’hui…

— alexandersr / Shutterstock.com

… qui n’est pas près de s’arrêter

Les forêts d’Australie ne seront plus jamais les mêmes après cela ; une preuve de plus que le changement climatique, dont les hommes sont la cause, a de forts impacts sur la nature et ses êtres vivants. Ce sont des milliards de kangourous, koalas, wallabys, wombats, serpents et autres créatures qui sont décimés. Même s’ils ne meurent pas à cause du feu, ces animaux vont probablement mourir des suites des incendies, à cause de blessures, de la destruction de leur habitat ou du manque d’eau et de nourriture dans des zones entièrement brûlées. 

Dans tout ce malheur, il y a quand même quelques belles histoires : des chiens qui aident au sauvetage de koalas, ou la donation de l’acteur Chris Hemsworth d’1 million de dollars pour soutenir la lutte contre les incendies. Mais ce n’est qu’un arbre d’espoir dans un désert de tragédie.

Une modification irréversible de l’écosystème

On ne sait pas ce qu’il adviendra une fois que les feux seront enfin éteints. En effet, les incendies modifient l’écosystème de l’Australie et sont en train de créer un nouveau climat que les écologistes qualifient de méditerranéen, du fait de la nature semi-aride de l’environnement. Un climat que l’on retrouve en Californie, au Portugal, en Afrique du Sud ou encore en Espagne, des pays dont les forêts sont régulièrement en proie aux flammes ces dernières années à cause du changement climatique, ce qui les assèche de plus en plus. L’augmentation des feux modifie fortement la végétation, et donc l’environnement. Cela signifie que les forêts auront du mal à repousser, laissant sans protection et sans nourriture les animaux qui ont l’habitude d’y vivre. C’est pourquoi des millions d’espèces risquent l’extinction pure et simple. 

La montée en flèche des incendies menace non seulement la biodiversité de l’Australie mais également celle du monde, car certaines espèces ne sont présentes nulle part ailleurs. Et c’est une perte pour tous. 

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
athena Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
athena
Invité
athena

Et des gouvernements de pays atteints par les catastrophes dues au réchauffement climatique continuent d’utiliser le charbon, par ex, au nom du profit ! La bêtise humaine est insondable, et cette fois criminelle ! On assassine la planète, on assassine le vivant. Quelle honte !