— Zuk TM / Shutterstock.com

Parmi les peurs les plus improbables, en voici une particulièrement surprenante : l’anatidaephobie. Cette phobie est la peur incontrôlable d’être observé par… un canard. Oui, vous avez effectivement bien lu ! Explications.

L’anatidaephobie ou la peur irrationnelle d’être observé par un canard. La personne souffrant de cette phobie a alors peur, quel que soit l’endroit où elle se trouve, qu’un canard soit en train de la fixer d’un air malsain.

Selon certaines recherches, cette peur ne serait en réalité qu’une simple fiction tirée d’un dessin du nom The Far Side publié en 1980 et tiré d’une longue série de dessins humoristiques de l’auteur américain Gary Larson. Sur cette illustration, on aperçoit un homme au travail qui semble particulièrement terrorisé et derrière lequel on remarque une silhouette de canard, ou bien d’une oie, en train de l’observer. Ce dessin est également accompagné d’une légende décrivant l’anatidaephobie : “La peur que, de quelque manière que ce soit, un canard est en train de vous observer.”

À la suite de cette publication, Tammy Duffey, auteure américaine, s’est malgré tout attelée à décrire les symptômes de cette phobie en 2008 : « L’anatidaephobie est probablement liée à un traumatisme vécu durant l’enfance, en rapport avec un canard ou une oie. Elle se caractérise par des épisodes anxieux tout au long de la journée et des émotions fortes et incontrôlables, et s’avère socialement handicapante. » Elle note également une certaine sécheresse de la bouche, un essoufflement, une tension musculaire ainsi qu’une hyperventilation parmi les symptômes de cette phobie.

Si l’anatidaephobie existait, elle serait absolument invivable ! Il faut savoir qu’effectivement, en cas de troubles bipolaires, de troubles psychotiques ou de paranoïa, on peut observer des comportements où le malade est persuadé d’être observé par quelqu’un ou par quelque chose”, ajoute la spécialiste. “Toutefois, ça n’a rien à voir avec une phobie : ces peurs irrationnelles ont généralement un objet bien précis (le vide, les araignées…) et, plus important encore, les phobiques sont généralement conscients du fait que leur crainte est absurde, ce qui n’est pas le cas (par exemple) pour les paranoïaques”, a à son tour expliqué le psychologue clinicien Michel Naudet. 

L’anatidaephobie demeure donc une peur bien controversée, réelle pour certains mais purement fictive pour d’autres. En plus de cette phobie, il existe d’ailleurs bel et bien l’ornithophobie qui est la peur des animaux à plumes. Une peur faisant partie des zoophobies : “Les zoophobies se développent le plus souvent durant l’enfance, entre 5 et 10 ans. Lorsqu’elles ne sont pas handicapantes au quotidien, il n’est pas forcément utile de les traiter. Sinon, on optera pour une thérapie cognitive et comportementale afin de « désensibiliser » progressivement le patient à l’objet de sa phobie”, a également commenté Michel Naudet.

2
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
yliadFirst Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
First
Invité
First

C’est bon un p’ti magret ou foi gras,là il ne me fait plus peur.(n’allez pas chercher un second degres)

yliad
Invité
yliad

Il m’est déjà arrivé d’être observé par un connard, c’est surement autre chose mais je ne sais pas comment ça s’appelle!