En Allemagne, depuis le début de la propagation de la pandémie de coronavirus, nombreux sont les abattoirs à avoir été signalés comme étant des foyers de contamination. Néanmoins, la situation est actuellement bien plus inquiétante dans le plus grand abattoir d’Europe, propriété de la société Tönnies et situé à proximité de la ville de Gütersloh, au sein de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie : cet abattoir a été signalé comme étant un nouveau foyer du Covid-19.

Un nouveau foyer de contamination encore jamais vu en Rhénanie-du-Nord-Westphalie

Si plusieurs abattoirs ont été identifiés comme foyers de contamination en Allemagne depuis le début de la propagation du coronavirus, le plus grand abattoir d’Europe, situé en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, suscite désormais davantage d’inquiétude et a été signalé comme étant un nouveau foyer de contamination : au 21 juin, soit quatre jours après la découverte du foyer, déjà plus de 1 300 cas de contamination ont été signalés. A l’heure où nous écrivons, ce sont plus de 1 500 cas qui ont été rapportés.

Par ailleurs, le week-end dernier, plusieurs dizaines de policiers ont été missionnés pour veiller au respect des mesures de quarantaine imposées aux malades et à leurs proches et des bénévoles de la Croix-Rouge distribuaient de quoi se nourrir aux résidents enfermés chez eux. De plus, plusieurs dizaines de soldats de la Bundeswehr ont réalisé le dépistage des 6 700 employés de l’abattoir. 

Nous n’avons jamais vu, jusque-là, un foyer de contamination aussi important en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Il s’agit d’un énorme risque pandémique. L’événement a[toutefois] été bien circonscrit et il n’y a pas, à ce stade, de risque de transmission significative du virus au reste de la population. Dans ces conditions, des mesures ciblées suffisent pour briser la chaîne de contamination.[Néanmoins], nous ne pouvons pas complètement exclure l’hypothèse d’un confinement généralisé à l’ensemble de la région”, a commenté Armin Laschet, ministre-président du Land (CDU) après une réunion avec la cellule de crise établie à Gütersloh. 

— Anton Mislawsky / Shutterstock.com

“Décider de ne pas reconfiner est une erreur”

Décider de ne pas reconfiner est une erreur. Le foyer a été identifié trop tard pour empêcher le virus de circuler dans la population”, a rapporté Karl Lauterbach, député social-démocrate et médecin épidémiologiste. Le reconfinement est d’autant plus probable que les autorités locales s’étaient plaintes d’avoir dû attendre plus de quarante-huit heures avant que Tönnies transmettent les informations des salariés pour qu’ils soient testés et mis en quarantaine. 

Le développement de ce nouveau foyer est de surcroît réellement pris au sérieux car d’autres clusters de contamination ont été signalés au début du mois de juin dans des régions allemandes pourtant peu contaminées. Le nombre de cas a également augmenté à Berlin alors qu’une baisse avait été notée. Par ailleurs, ce dimanche 21 juin, le nombre de personnes décédées du coronavirus s’élevait à 8 882, soit environ 20 morts par jour lors du mois dernier. De plus, le taux de reproduction du virus qui était de 1,79 ce samedi, est passé à 2,88 ce dimanche. Des chiffres non atteints depuis le mois de mars. 

Ces données laissent présager l’arrivée d’une seconde vague. Néanmoins, l’institut de santé publique Robert-Koch estime que celle-ci serait trop prématurée. “Comme le nombre de cas actifs en Allemagne est tombé à un niveau très bas, l’apparition d’un foyer local fait bouger relativement fort le taux de reproduction du virus”, a-t-il rapporté. L’institut explique surtout qu’il faut veiller à ce que le taux de contamination n’augmente pas trop à l’extérieur du foyer. 

Un canton reconfiné

Face à cette situation, ce qui devait arriver arriva bel et bien : l’Allemagne a annoncé ce mardi 23 juin que le canton de Gütersloh et celui de Warendorf allaient être reconfinés. Un reconfinement qui concerne plus de 600 000 personnes afin de limiter la propagation du virus. “Pour la première fois en Rhénanie-du-Nord-Westphalie et en Allemagne, nous allons revenir dans tout un canton aux mesures qui s’appliquaient il y a quelques semaines avant que l’Allemagne n’entame début mai un déconfinement progressif”, a rapporté Armin Laschet. 

Ainsi, les personnes devront limiter leurs contacts, les bars, cinémas et musées ferment à nouveau leurs portes et les activités de loisirs dans des espaces fermés sont interrompues. Les restaurants, quant à eux, pourront rester ouverts mais n’accueilleront que des clients venant d’un même domicile. Des mesures qui visent “à calmer la situation et accroître les tests de dépistage”. “Tant que nous n’aurons pas de vaccin ni de médicament, il faut maintenir des règles de protection de base pour nous protéger”, a rapporté la chancelière allemande Angela Merkel. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de