12 531 personnes connectées

Historique : SpaceX s’apprête à réaliser le tout premier lancement d’une fusée en partie recyclée

La société SpaceX, dirigée par le célèbre milliardaire Elon Musk, va pour la première fois procéder au lancement orbital de sa fusée Falcon 9 dont le premier étage est recyclé. Cette démonstration pourrait ouvrir la voie à un changement radical des coûts d’accès à l’espace et bouleverser le secteur. 

Que va faire SpaceX ? 

Ce soir, SpaceX, l’entreprise américaine spécialisée dans le domaine de l’astronautique et du vol spatial dirigée par Elon Musk, déclenchera un lancement afin de mettre sur orbite un satellite de télécommunications de la firme luxembourgeoise SES. Le lancement est prévu pour 22 h 27 GMT (18 h 27 heure locale) au Centre spatial Kennedy près de Cap Canaveral, en Floride. SES a été le premier opérateur de satellites commerciaux pour lequel SpaceX a effectué un lancement en 2013.

Il est également le premier dont un satellite, le SES-10, sera lancé par une fusée dont le premier étage est recyclé. SpaceX tentera de tenir parole en réduisant les coûts astronomiques des lancements effectués dans l’espace : lancer une fusée contenant des éléments « d’occasion », c’est-à-dire recyclés. La mission est de relancer Falcon 9 Rocket, qui avait déjà été lancée le 8 avril 2016, puis de récupérer la partie basse de la fusée : le premier étage. Si le plan se déroule sans problème, la partie inférieure de la fusée reviendra se poser en douceur sur un bateau drone dans l’océan Atlantique.

Baisse des coûts

En effet, ce deuxième recyclage permettrait de réduire nettement les coûts de mise sur orbite en récupérant la partie la plus coûteuse du lancement, car la plupart du temps, presque toutes les pièces d’une fusée s’écrasent dans l’océan après le lancement, et ne sont jamais récupérées. Le satellite SES-10 sera mis sur une orbite géostationnaire à 35 000 km au-dessus de la Terre pour élargir l’accès à la télévision, à Internet et au réseau mobile à travers l’Amérique latine.

Gwynne Shotwell, directrice générale de SpaceX, avait déclaré que la réutilisation d’un propulseur de fusée aurait l’avantage de proposer un rabais de 30 % sur un lancement de fusée Falcon 9 pour la mise en orbite de satellite ou de fournitures de stations spatiales. Il est important de savoir que SpaceX est l’entreprise la plus abordable du monde en terme de lancement à destination orbitale et qu’actuellement, elle facture plus de 60 millions de dollars le lancement. Cette technique permettrait donc de faire économiser plus de 18 millions de dollars aux clients. Par ailleurs, il est impossible, pour le moment, de définir combien de fois la partie basse d’une fusée pourra être réutilisée.

 

Potentiellement révolutionnaire

« C’est potentiellement révolutionnaire », a déclaré à Business Insider John Logsdon, spécialiste et historien à l’Université George Washington, mais il tempère ses mots, car la faisabilité reste encore à prouver. En effet, le risque d’échec est à prendre en compte, et c’est pourquoi de nombreux lancements de démonstration sont organisés sans aucune charge utile à bord. Il y a moins de risques et de conséquences en cas d’échec, d’autant plus que les charges transportées peuvent valoir des centaines de millions de dollars.

« SI L’ON PEUT COMPRENDRE COMMENT RÉUTILISER EFFICACEMENT LES FUSÉES COMME LES AVIONS, LE COÛT DE L’ACCÈS À L’ESPACE SERA RÉDUIT. UN VÉHICULE ENTIÈREMENT RÉUTILISABLE N’A JAMAIS ÉTÉ FAIT AUPARAVANT. C’EST VRAIMENT LA PERCÉE FONDAMENTALE NÉCESSAIRE POUR RÉVOLUTIONNER L’ACCÈS À L’ESPACE » – ELON MUSK

Une concurrence toujours plus forte

SpaceX doit faire face à un rival de taille. La société Blue Origin, créée par Jeff Bezos, fondateur de Amazon, oeuvre aussi dans le but de développer de nouvelles technologies permettant d’abaisser le coût d’accès à l’espace. Depuis novembre 2015, elle a réussi à cinq reprises à faire atterrir sa fusée, New Shepard, après un lancement, à la différence que les vols sont suborbitaux, il est donc plus facile de contrôler la descente, car la vitesse est bien moins élevée.

« Avec chaque nouveau vol, nous rendrons de plus en plus abordables l’exploration et la recherche spatiale et ouvrirons l’espace à tous », déclare la firme Blue Origin sur son site internet. Cette nouvelle vision est partagée par le responsable technique de SES, qui ajoute : « nous pensons que les fusées recyclées vont ouvrir une nouvelle ère du vol spatial et faciliter l’accès à l’espace en termes de coût et de gestion des calendriers de lancements ». Est-ce le début d’une nouvelle ère ?

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux