12 606 personnes connectées

Découvrez comment la poussière du Sahara traverse le monde pour fertiliser la forêt amazonienne

La forêt amazonienne ne pourrait survivre sans le Sahara : c’est l’incroyable constat que vient de faire la NASA. En effet, le sable fin du plus grand désert du monde s’envole chaque année pour réaliser un voyage impressionnant à l’autre bout de la planète. Cette poussière parcourt plus de 4 800 km, franchissant l’océan Atlantique pour finir sa course en plein milieu de l’Amazonie. Là-bas, elle fertilise cette immense forêt tropicale grâce au phosphore qu’elle transporte. SooCurious vous en dit plus sur ce fascinant phénomène naturel. 

Une étude menée par la NASA a mis en évidence de nouvelles données qui montrent que la poussière du Sahara traverse tout un continent pour finir sa course dans la forêt amazonienne. En 2006, les chercheurs ont lancé le satellite CALIPSO. Celui-ci leur a alors permis d’examiner la structure des nuages ​​et des particules en suspension à travers la planète. Ces particules seules ne se voient pas vraiment mais amassées les unes près des autres, elles forment un panache massif visible depuis l’espace. Ils ont pu constater que cette poussière provenant du Sahara allait jusqu’à la forêt amazonienne.

 

NASA-capable-voir-poussiere

 

Le Sahara est le plus vaste désert du monde couvrant près de 8 600 000 kilomètres carrés. Chaque année, la poussière du désert est soulevée du sol par des vents, la transportant à l’autre bout du monde. C’est d’ailleurs près de 182 millions de tonnes de poussière qui quittent ainsi le Sahara, passent l’océan Atlantique jusqu’à atteindre le continent américain. Pendant ce voyage, c’est près de 4 800 km que ces fines particules de poussière, inférieures à 1/10ème de la largeur d’un cheveu humain, traversent. Au bout de ce périple, seulement une partie de la poussière, ce qui représente tout de même 28,8 millions de tonnes de particules, réussit à atteindre l’Amazonie.

 

En commençant son voyage, la poussière du Sahara qui se soulève du sol représente près de 182 millions de tonnes : 

poussiere-debut

poussiere-debut-voyage

 

Elle doit ensuite parcourir l’océan Atlantique :

poussiere-ocean

 

Près de 28,8 millions de tonnes réussissent à atteindre l’Amazonie :

taux-poussiere-fin

poussier-amazonie

Les terres d’Amazonie sont très pauvres en phosphore, un élément indispensable à la croissance des plantes. D’ailleurs près de 90 % de la Terre n’a pas une quantité suffisante, en partie en raison des pluies et des rivières qui emportent ces nutriments. Mais selon une nouvelle étude publiée dans la revue Geophysical Research Letters, les particules de poussière venant du Sahara seraient très riches en phosphore. Elles ne perdraient d’ailleurs que peu de ce nutriment pendant leur voyage entre ces deux parties du monde et viendraient fertiliser les terres pauvres d’Amazonie.

Ce phosphore serait à l’évidence essentiel pour nourrir les terres de la forêt amazonienne qui ne pourrait survivre sans cette aide venue de l’autre continent. A l’origine, il semble que le phosphore provienne d’un lac asséché dans le désert du Sahara. Les données récoltées montrent que 22 000 tonnes de phosphores arrivent sur les terres d’Amazonie, ce qui correspond à quelque chose près à la même quantité qui a été emporté du Sahara. Bien sûr, chaque année ces quantités changent mais le phénomène n’en reste pas moins incroyable. L’un des chercheurs résume d’ailleurs très bien la chose : « Le monde est petit, et nous sommes tous connectés les uns aux autres. »

sahara-sable

foret-amazonie

tempete-sable

 

Et voici la vidéo de la NASA dans son intégralité (contenu en anglais) : 

La nature est vraiment bien faite ! Les particules de poussière du Sahara riches en phosphore sont capables de parcourir des milliers de kilomètres pour nourrir la forêt amazonienne qui manque cruellement de cet élément indispensable à la vie. A la rédaction, cette étude nous a passionnés. On se rend bien compte que dans notre monde tout est intimement lié. A quand des dromadaires dans la forêt amazonienne 😉 ?

Ces articles vont vous plaire

— Erasme

Celui qui connaît l’art de vivre avec soi-même ignore l’ennui