12 624 personnes connectées

Voici les 11 piqûres d’insectes les plus douloureuses au monde

Voici les 11 piqûres d’insectes les plus douloureuses au monde

A défaut d’avoir la corpulence pour se défendre des prédateurs, certains insectes sont dotés d’une arme imparable : la piqûre. En 1984, afin d’établir un degré d’intensité pour chaque piqûre, le scientifique américain Justin O. Schmidt a eu la délicate attention de se faire piquer par les plus redoutables insectes. Grâce à lui, on peut aujourd’hui utiliser cette échelle qui va de 0 à 4 pour évaluer la douleur des piqûres d’insectes. Nous avons ainsi rassemblé pour vous les 11 piqûres d’insectes les plus douloureuses au monde.

 

1,2/4 : LA FOURMI DE FEU (Solenopsis invicta)  

1-fourmi-de-feu

Cette espèce de fourmis est l’une des plus agressives et comme son nom l’indique, sa piqûre provoque une forte douleur aigüe. Si vous avez le malheur de marcher sur l’une d’entre elles, vous risquez de vous faire attaquer par toute la fourmilière. Car la première fourmi qui attaque transmettra des phéromones aux autres fourmis, qui se rassembleront et vous piqueront immédiatement au moindre geste.

 

1,8/4 : LA FOURMI DE L’ACACIA CORNIGERA (Pseudomyrmex ferruginea)

2-Pseudomyrmex-

Cette petite fourmi d’Amérique du Sud vit dans les épines vides d’acacias. Elle vit en parfaite fusion avec cet arbre qu’elle protège des insectes et des animaux. En effet, il n’est pas doté des molécules protectrices qui sont normalement présentes dans les feuilles, c’est donc la fourmi qui assure le rôle de protecteur. Et il vaut mieux ne pas avoir affaire à ce vigile miniature, car sa piqûre fait le même effet qu’un « coup d’agrafeuse », selon Schmidt

 

2,0/4 : LE FRELON EUROPÉEN (Vespa crabro)

3-frelon-europen

C’est la plus grosse guêpe qui vit en Europe. Avec une taille trois fois plus grosse qu’une guêpe normale, on comprend que croiser son chemin puisse provoquer un certain malaise. Si ça peut vous rassurer, le frelon n’est pas agressif, il ne vous piquera que si vous vous approchez de son nid ou si vous vous agitez devant lui. Par contre, si c’est le cas, la piqûre risque d’être très douloureuse. Non pas à cause de son venin, mais de la grosse taille de son dard…

 

2,0/4 : LA GUÊPE À TACHES BLANCHES (Dolichovespula maculata)

4-guepe-tache-blanche

On trouve cette espèce de guêpes en Amérique du Nord. Sa piqûre provoque une vive brûlure, « riche » et légèrement « craquante » selon Schmidt. Si vous vous demandez quelle sensation elle procure, imaginez votre main être écrasée par une portière.

 

 

2,0/4 : LA GUÊPE GERMANIQUE (Vespula germanica)

5-Vespula-germanica

Originaire de l’Europe et de l’Afrique du Nord, elle vit désormais aussi en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande. C’est la guêpe la plus agressive des guêpes sociales. Si vous bougez trop brusquement en sa présence ou que vous vous approchez de son nid, elle n’hésitera pas à vous piquer ! Et l’expérience ne sera pas agréable : vous ressentirez alors une douleur « chaude » et « fumante », selon Schmidt.

 

2,0/4 : L’ABEILLE À MIEL

6-abeille-miel

Si sa production de miel est un bonheur pour nos papilles, sa piqûre n’en est pas moins douloureuse. L’abeille n’est normalement pas agressive, elle ne pique généralement que si l’on s’approche trop de sa ruche ou si un faux mouvement la heurte. Elle peut néanmoins devenir plus agressive avec certaines odeurs et une météo orageuse. Si elle vous pique, sachez qu’elle en paye de sa vie ! Son dard restera planté dans votre peau, à injecter du venin. Schmidt décrit la douleur procurée comme celle d’une brûlure par une tête d’allumette.

 

3,0/4 : LA FOURMI ROUGE MOISSONNEUSE (Pogonomyrmex barbatus

7-fourmi-rouge-moissonneuse

Cette fourmi rouge vit dans le sud-ouest des États-Unis et dans le nord du Mexique. Et il vaut mieux ne pas la titiller, car le dard de son abdomen peut infliger une importante douleur : « grasse et persistante », d’après Schmidt. Il décrit la douleur « comme si on utilisait une perceuse pour percer votre ongle incarné ».

 

3,0/4 : LES GUÊPES POLISTES

8-guepe-poliste

Originaires d’Europe et d’Afrique du Nord, les guêpes Polistes sont présentes sur toute la terre. Elles sont de véritables prédatrices et se nourrissent d’ailleurs de chenilles. Le mieux est de ne pas y avoir affaire, car la douleur de leur piqûre est « caustique et brûlante ». Cela revient, selon Schmidt, à se faire brûler par un cigare…

 

4,0/4 : LA GUÊPE GUERRIÈRE (Synoeca septentrionalis)

9-Synoeca-septentrionalis

Cette grande guêpe sociale violacée se trouve en Amérique du Sud. Et sa piqûre est très, très douloureuse. Pour Schmidt, c’est « comme si on vous versait de l’acide chlorhydrique sur une coupure ». Le mieux est d’en resté éloigné.

 

4.0/4 : LA GUÊPE PEPSIS

abeilles-pepsis

On trouve la guêpe Pepsis en Amérique, en Australie, en Afrique et en Inde jusqu’au sud-est asiatique. Cette guêpe est particulièrement féroce, elle chasse des tarentules afin de pouvoir pondre ses oeufs à l’intérieur. Ses larves dévorent ensuite l’araignée de l’intérieur… La douleur de sa piqûre est décrite comme « aveuglante, féroce, électrique ». C’est comme si vous receviez une grosse décharge électrique, telle qu’un coup de taser ou un sèche-cheveux dans votre bain…

 

4,0/4 : LA FOURMI BALLE DE FUSIL (Paraponera)

9-fourmi-balle-de-fusil

La piqûre de ce charmant insecte d’Amérique du Sud est caractérisée comme la plus douloureuse de toutes ! Ne vous fiez pas à sa taille minuscule, car la piqûre de cette fourmi, comme son nom l’indique, est à s’en arracher les cheveux ! « On hurle à l’agonie et on a juste envie de s’allonger et de mourir », explique Schmidt. Se faire piquer par cet insecte revient à « marcher sur des charbons ardents avec 3 cm de clous rouillés plantés dans le talon », ajoute-t-il.

 

Ces insectes sont aussi effrayants que fascinants… A la rédac’, ce classement nous a passionnés ! Si vous aimez les insectes hors du commun, vous serez pris de tendresse par la fourmi-panda, cet adorable insecte chilien à la piqûre extrêmement douloureuse.

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

La production d’un kilo de miel mobilise l’énergie de 6000 abeilles pendant 2 semaines