13 580 personnes connectées

La SNCF va engager des drones pour surveiller son réseau ferroviaire et empêcher le vol de câbles électriques

la-sncf-teste-des-drones-pour-surveiller-son-reseau-ferroviaire-et-empecher-le-vol-de-cables-electriques-une

Depuis plusieurs années, la SNCF est victime de vols de câbles électriques revendus à prix d’or sur le marché noir. Pour enrayer cette situation, l’entreprise ferroviaire a d’abord engagé des hélicoptères de police pour surveiller ses rails. Mais pour réduire les coûts d’une telle surveillance, la firme a décidé d’opter pour une autre solution : les drones.

30 millions d’euros : c’est le montant que coûtent les vols de câbles sur le réseau ferroviaire de la SNCF par an. En plus de ces coûts directs s’ajoutent ceux indirects : les retards, les suppressions de trains et les voyageurs mécontents à rembourser. Une perte qu’il faut à tout prix amortir pour l’entreprise française. Pour enrayer ces vols et surveiller les rails et voies de France, la SNCF a donc pensé à un nouveau moyen censé être plus économe : les drones.

Jusqu’à maintenant, la société nationale des chemins de fer français utilisait les services d’hélicoptères de la gendarmerie pour organiser des patrouilles autour des zones sensibles. Ainsi, pour réduire les coûts de la surveillance, la SNCF et la RFF comptent utiliser des drones afin de patrouiller autour des chemins de fer à la recherche d’éventuels vols de câbles.

la-sncf-teste-des-drones-pour-surveiller-son-reseau-ferroviaire-et-empecher-le-vol-de-cables-electriques1

Le fait est que la filiale ERDF utilise déjà depuis un peu plus d’un an ces petits robots volants pour inspecter les voies, notamment dans les zones les plus difficiles d’accès pour y réaliser des bilans de l’état du réseau électrique. Si certains appareils peuvent coûter jusqu’à un million d’euros, le prix moyen d’un drone varie aux alentours des 3 000 €, ce qui représente une vraie économie si l’on compare aux 1 000 à 1 500 € de l’heure pour chaque patrouille de la gendarmerie en hélicoptère. Un investissement qui aurait le mérite d’être rentable sur le moyen et le long terme. Si tout se passe bien, les drones devraient entrer en action dès 2014.

la-sncf-teste-des-drones-pour-surveiller-son-reseau-ferroviaire-et-empecher-le-vol-de-cables-electriques2

la-sncf-teste-des-drones-pour-surveiller-son-reseau-ferroviaire-et-empecher-le-vol-de-cables-electriques3

la-sncf-teste-des-drones-pour-surveiller-son-reseau-ferroviaire-et-empecher-le-vol-de-cables-electriques4

On trouve cela intéressant de voir que certaines entreprises françaises commencent à recourir aux drones pour effectuer certaines tâches. On s’imagine déjà prendre le train et apercevoir des drones virevoltant dans les airs au-dessus de nos têtes 😛 ! On espère que ces drones pourront aider la SNCF à diminuer le nombre de retards ! Qu’est-ce que ça vous ferait de savoir que des drones parcourent le ciel au-dessus de votre tête ?

Ces articles vont vous plaire

— @InseeFr

Chaque jour en France, 2240 bébés naissent dont 1100 filles et 1140 garçons.