12 901 personnes connectées

Admirez l’impressionnante île de Baffin, ce territoire canadien aux paysages qui semblent venus d’une autre planète

C’est certainement l’un des lieux les plus méconnus et désertés du monde. L’île de Baffin, aussi appelée Terre de Baffin, est une des îles de l’archipel arctique canadien située dans le territoire du Nunavut. L’immensité de son territoire et le caractère déroutant de son littoral font que sa géographie est longtemps restée méconnue. SooCurious vous propose de découvrir ce territoire sauvage au climat rude qui vaut le détour.

La première chose qu’il faut savoir sur l’île de Baffin, c’est qu’elle est la plus grande île du Canada avec une superficie de 507 451 km2 et la cinquième plus grande du monde (en excluant l’Australie). Son territoire dépasse légèrement la taille de celui de l’Espagne. L’île doit son nom à William Baffin, un navigateur et explorateur du 17e siècle. Lors d’une expédition en 1616, Baffin découvre la rive sud de l’île et établit la carte de la côte est plus tard. William Parry, un autre explorateur du 19e siècle, donnera au territoire le nom de Baffin, en hommage à ce dernier. Tous ceux qui sont venus explorer cette île se sont heurtés à la rudesse du climat et à sa géographie étonnante.

Séparée du Québec au sud par le détroit d’Hudson et du Groenland à l’est par la mer de Baffin, l’île de Baffin est composée principalement de reliefs et recouverte de glaciers. La cordillère Arctique marque le paysage de la côte est avec une succession de montagnes de type alpin. Le point culminant est le mont Odin (2143 m d’altitude). L’île possède aussi un parc national au sud : le parc Auyuittuq, premier parc situé à l’intérieur du cercle polaire arctique. Il offre quelques-uns des paysages les plus spectaculaires de l’île : le col de Pangnirtung, une sorte de tranchée en forme de U de 100 km de long ; des glaciers qui recouvrent une partie du territoire (la calotte de Barnes est la plus vieille glace du Canada avec 20 000 ans) mais aussi des chutes d’eau et de sublimes fjords. La glace, bien sûr, est partout.

Le climat extrêmement froid renforce cette impression de nature sauvage et déserte. Pour visiter cette île sauvage, mieux vaut être bien équipé et préparé à braver le froid. Cela explique en grande partie la faible densité de population (0,02 habitant au km2). Les quelque 11 000 habitants de l’île sont surtout des inuits. Le caractère préservé du territoire de Baffin est propice en revanche à la vie animale.

visu-ile-baffin-1

Pour ceux qui ont eu la chance de visiter cette île canadienne, ils ont pu rencontrer quelques espèces fascinantes. La baie abritée de Baffin accueille chaque année phoques barbus, phoques du Groenland mais aussi baleines boréales, bélougas, morses ou encore narvals (espèce de cétacé à corne très rare). En outre, des millions d’oiseaux vivent sur l’île grâce au refuge de Dewey Soper. Sur la terre, on peut observer avec chance des caribous, des ours polaires et le loup arctique.

Force est de constater pourtant que cette faune est mise en danger par le réchauffement climatique qui fait fondre les glaciers et par l’activité humaine. De fait, l’île de Baffin abrite des dépôts de minerai de fer dans le nord de l’île. La région Qiktani constitue l’un des plus grands gisements exploités au Canada. Bien sûr, l’économie se développe. Mais au détriment de la nature environnante. La population locale et de nombreux scientifiques s’inquiètent de l’impact de telles activités sur le territoire de Baffin. En outre, des ressources en diamant ont été découvertes à Chidliak (nord-est de la capitale Iqaluit).

visu-ours-polairevisu-ile-baffin-2

visu-fjord-baffin visu-relief-baffin visu-parc-baffin-3 visu-baffin-4 visu-parc-baffin-2 visu-mont-asgard visu-baffin-3 visu-parc-baffin visu-baffin-2 visu-baffin-1

Comme souvent, l’Homme investit les lieux les plus préservés car leur nature est riche et généreuse. Si la curiosité humaine part souvent d’un bon sentiment, cela finit généralement par nuire à l’environnement et à la nature. L’île de Baffin a longtemps été préservée du fait de son climat extrême et sa géographie complexe. Mais cette chance n’a duré qu’un temps. Pour l’instant, les dégâts sont limités mais la situation pourrait s’aggraver dans les années à venir… Avant que cela n’arrive, un voyage sur l’île de Baffin s’impose. Pour les amateurs de territoires extrêmes, cet article sur les étendues glacées du pôle Sud est fait pour vous. Aimeriez-vous visiter l’île de Baffin ?

Ces articles vont vous plaire

L’expression “mettre la pâtée” vient de la bataille de Patay où Jeanne D’Arc a battu à plate couture les Anglais

— @DailyGeekShow