13 350 personnes connectées

Tesla l’a imaginé, ils l’ont fait : les drones peuvent désormais se recharger en plein vol

drone-tesla-une

Inventeur, physicien et ingénieur, NiKola Tesla a laissé une trace fantastique dans l’histoire et si nous pensons connaître une grande partie de ses travaux, ses recherches continuent encore d’influencer et de contribuer aux innovations technologiques. S’inspirant du chercheur américain, des scientifiques britanniques sont parvenus à créer un drone d’un nouveau genre.

Visionnaire, Nikola Tesla voyait bien au delà de sa propre époque et des limites des technologies qu’il possédait. A la fin du XIXème siècle, l’ingénieur américain, qui avait déjà prévu l’apparition de ce que nous avons nommé la télévision ou les smartphones, s’était aussi questionné sur la possibilité d’une machine épatante : n’ayant ni besoin de câble, ni de conducteur électrique, son outil se déplacerait en « produisant des ondes, des impulsions ou des radiations reçues depuis la terre, l’atmosphère ou l’eau. ».

brevet-de-tesla-drone

D’après lui, « ces radiations seraient capables d’atteindre l’appareil tant qu’il resterait dans une région active ou la portée serait effective. » Ces mots, il les a rédigés lors de l’une de ses 300 dépôts de brevets, le 8 novembre 1898. Nommé « méthode et appareil de contrôle des mécanismes de mouvement des navires ou des véhicules », le document est sorti de l’ombre en août dernier, après qu’un technologue américain ait décidé de se pencher sur les travaux du célèbre inventeur. Comprenant que Tesla avait créé un drone capable de se recharger en plein vol, de nombreux professionnels se sont mis au travail pour faire d’une idée une réalité.

C’est en partant de ce travail épatant que des chercheurs de l’Imperial College London ont trouvé une manière de transmettre de l’électricité à un drone en vol, sans que celui-ci ne soit connecté au moyen de câbles. Pour construire un tel objet, l’équipe de l’université britannique a, dans un premier temps, récupéré la batterie d’un drôle hors-service pour y attacher un petit anneau de cuivre. Il leur aura aussi fallu mettre en place un émetteur au sol, connecté à une source d’alimentation électrique permettant de produire un champ magnétique.

Lors des tests, les chercheurs ont découvert que leur drone survolant la zone du champs magnétique à une distance d’environ 10 centimètres, pouvait en puiser de la puissance avant de la convertir en énergie lui permettant de continuer son vol. Une découverte épatante qui pourrait ouvrir la voie à de nombreuses innovations : d’ici quelques années, nous n’aurons peut-être plus besoin de recharger les drones à terre, leur permettant de rester en vol aussi longtemps que nécessaire.

Sur le brevet de 1898 et comme cela a souvent été surligné, Tesla expose sa réflexion sur l’utilisation d’un tel outil, s’il venait à voir le jour. Comprenant l’importance que son invention pourrait avoir si elle était utilisée comme moyen de défense, il écrit : « La capacité destructive certaine et illimitée de mon invention permettra d’assurer et de maintenir éternellement la paix entre les peuples. » Une déclaration qui nous pousse à réfléchir : les capacités meurtrières des drones de combats ne sont plus à prouver et si l’idée d’apporter la paix est louable, le texte nous rappelle que c’est par leur aspect destructeur qu’on tendrait à y arriver. En espérant que cette technologie nous offre plus de possibilités.

tesla-brevet

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux