13 655 personnes connectées

15 chiffres sur les abeilles qui démontrent à quel point elles sont indispensables à notre survie

Depuis plusieurs années, le taux de mortalité chez les abeilles est en augmentation extrême. Un phénomène particulièrement inquiétant, notamment lorsque l’on s’intéresse à la grande influence de ces dernières sur l’écosystème de la planète. Plusieurs facteurs sont évoqués quant à leur disparition, et certains sont d’origine humaine. Le Daily Geek Show vous présente 15 chiffres qui vont vous montrer à quel point la préservation des abeilles est une nécessité.

 

Il existe environ 20 000 espèces d’abeilles dans le monde

1-abeille-portrait

Les abeilles sont des insectes présents sur la quasi-totalité du globe. On recense plus de 20 000 espèces dans le monde, dont 1 960 en Europe et 1 000 en France. Les abeilles et les guêpes sont deux espèces bien distinctes, tandis que les bourdons font partie d’une sous-espèce d’abeilles.

 

Une colonie d’abeilles domestiques compte entre 40 000 à 60 000 individus

2-abeilles-ruche

Les abeilles sont des insectes sociaux, qui forment des colonies. En général, elles se composent de 40 000 à 60 000 individus durant le printemps et l’été, alors que leur nombre peut chuter jusqu’à 10 000 voire 5 000 en hiver. Les ouvrières représentent 95 % de la colonie, les mâles sont beaucoup moins nombreux, leur rôle est essentiellement lié à la reproduction. Enfin, la reine est la seule femelle fertile, elle est la mère de tous les membres de la colonie.

 

En Europe, 9,2 % des espèces d’abeilles sauvages étudiées sont en voie d’extinction

3-abeilles-colonie

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 9,2 % des espèces d’abeilles sauvages étudiées en Europe sont en voie d’extinction et 5,2 % d’entre elles le seront dans un avenir proche. Au total, 150 espèces sont en déclin, 244 semblent stables, et 13 en augmentation.

 

En France, 20 000 personnes évoluent dans la filière apicole

4-abeille-apiculteur

20 000 personnes sont impliquées dans la filière apicole en France, qui inclut le miel et les autres produits liés aux ruches. On compte environ 2 000 apiculteurs professionnels et 98 000 éleveurs amateurs, pour 1 250 000 ruches.

 

En 1995, la France produisait environ 33 000 tonnes de miel par an

5-miel-abeilles

Depuis les années 1970, avec une accélération dès 1980, les populations d’abeilles dans le monde sont en diminution. Dans les années 1990, la production de miel se portait toutefois bien, la France produisait ainsi 33 000 tonnes de miel par an.

 

En 2015, la France ne produit plus que 10 000 tonnes de miel par an

6-miel-abeilles

Vingt ans plus tard, la France ne produit plus que 10 000 tonnes de miel par an, et ce n’est pas un hasard. En 1995, les premiers néonicotinoïdes ont fait leur apparition sur notre territoire. Ces insecticides agissent sur le système nerveux des abeilles. Même si le nombre de ruches est resté stable, le rendement a fortement diminué.

 

La mortalité chez les abeilles est passée de 5 % à 30 % entre 1995 et 2015

7-abeilles-guepe

Depuis plusieurs années, le taux de mortalité chez les abeilles a indéniablement augmenté. En France, ce taux est passé de 5 à 30 % en vingt ans. Un phénomène qui est appelé “syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles”. Sa cause n’est pas tout à fait identifiée, mais plusieurs facteurs sont évoqués.

 

Pendant l’hiver 2006-2007, près de 25 % du cheptel américain a disparu

8-abeilles-ruche

Même si la France connaît une véritable hécatombe en ce qui concerne les abeilles, elles n’est pas la seule. Durant l’hiver 2006-2007, 25 % des abeilles domestiques des États-Unis ont disparu. La cause de ce phénomène n’est pas tout à fait identifiée, mais plusieurs facteurs sont évoqués, comme la pollution atmosphérique, la prolifération des parasites et des prédateurs, ou encore le transport des abeilles. En effet, certaines colonies sont déplacées de ferme en ferme pour offrir des services de pollinisation. Des importations qui ont probablement contribué à diffuser des pathogènes à travers les différentes colonies.  

 

Depuis les années 1980, 70 % des fleurs sauvages ont disparu

9-fleurs-sauvages

Parmi les causes attribuées à la disparition des abeilles, la destruction de leur habitat est également évoquée. Depuis les années 1980, 70 % des fleurs sauvages ont disparu, les abeilles dépendant de certaines d’entre elles pour se nourrir. Plus inquiétant encore, de nombreuses autres sont amenées à disparaître au cours des prochaines décennies, d’après le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

 

Au début du XIXe siècle, le parfum des plantes voyageait dans un rayon de 800 mètres, il ne dépasse plus les 200 mètres aujourd’hui

10-fleurs-odeur

L’odeur agréable des fleurs a en fait un but bien précis. Elle permet à ces dernières de communiquer, notamment avec les insectes qui les butinent, notamment les abeilles. D’après une étude hispano-finlandaise réalisée en 2014, la pollution à l’ozone a un impact ravageur sur le parfum des fleurs. Au début du XIXe siècle, il pouvait voyager 800 mètres, contre 200 mètres aujourd’hui.   

 

Les abeilles engendrent 150 milliards d’euros par an pour l’économie

11-abeille-fleur

Il s’agit d’un chiffre exorbitant. On estime que les abeilles rapportent 150 milliards d’euros par an à l’économie agricole mondiale, et 3 milliards pour la France. Pourquoi ? Grâce à la pollinisation. L’insecte est tout simplement essentiel au processus de reproduction de nombreuses espèces végétales.

 

Les abeilles assurent la reproduction de plus de 80 % des espèces végétales du globe

12-abeille-pollinisation

C’est ainsi que les abeilles permettent la reproduction de pas moins de 80 % des espèces végétales dans le monde. En récoltant le pollen sur les fleurs, elles le transportent des étamines (organes mâles) au pistil (organe femelle). La pollinisation est ainsi un aspect fondamental de la biodiversité.

 

Les abeilles sont nécessaires à la production de plus de trois quarts des cultures dans le monde

13-abeille-cafe

L’activité de pollinisation des abeilles est indispensable pour l’agriculture : la majorité des cultures fruitières, légumières, d’épices, de fruits à coques, oléagineuses, protéagineuses, mais aussi de cacao et de café en bénéficient. Au total, on estime que les trois quarts des cultures agricoles dans le monde dépendent des abeilles.

 

Les abeilles entrent en jeu dans 35 % de la production alimentaire en tonnage

14-marche-legumes

En fait, l’industrie agroalimentaire dépend des abeilles. Ces dernières entrent en jeu dans 35 % de la production alimentaire. C’est notamment pourquoi l’arrivée soudaine du syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles effraie autant.  

 

Les abeilles jouent un rôle dans 10 % du chiffre d’affaires de l’agriculture mondiale

champ-agriculture

Enfin, le rôle des abeilles dans le chiffre d’affaires de l’agriculture mondiale est également conséquent, puisque leur activité représente 10 % de ce dernier. Si les abeilles disparaissaient, notre alimentation serait incroyablement moins diversifiée… principalement basée sur la culture de céréales. Il existe très peu de repas auxquels les abeilles ne sont pas associées de par leur activité de pollinisation.

 

Aussi fascinants qu’alarmants, ces chiffres mettent en lumière le rôle essentiel des abeilles dans l’agriculture, et donc dans notre alimentation. Leur disparition progressive en est d’autant plus catastrophique, et prouve que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les protéger. Vous pouvez également découvrir ces 20 chiffres qui témoignent de la place écrasante que la technologie a prise dans nos vies.

Ces articles vont vous plaire

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux