neurones-alzheimer
— Romanova Natali / Shutterstock.com

De nouveaux travaux suggèrent que le virus de la varicelle pourrait réactiver une infection herpétique dormante, conduisant au développement de la maladie d’Alzheimer.

Un nouveau regard sur la maladie d’Alzheimer et les maladies neurodégénératives

Largement mise de côté pendant plus d’un demi-siècle, l’idée que les infections microbiennes constituent un facteur déclencheur des maladies neurodégénératives a connu un net regain d’intérêt dans les années 1980, avec plusieurs études établissant des liens entre l’apparition de la maladie d’Alzheimer et les infections virales de type herpès simplex. Cependant, les mécanismes via lesquels ce virus très commun était susceptible d’influencer la neurodégénérescence restaient largement obscurs.

En 2020, une étude charnière impliquant un tout nouveau type de modèle cérébral a démontré précisément comment une infection herpétique pouvait engendrer plusieurs caractéristiques pathologiques de la maladie d’Alzheimer, mais le fait que plus des deux tiers de la population mondiale soit porteuse de l’herpès de type I (HSV-1) suggérait que d’autres facteurs contribuaient à réactiver le virus et déclenchaient la cascade d’événements à l’origine de cette forme de démence.

Publiées dans le Journal of Alzheimer’s Disease, ces nouvelles recherches ayant impliqué des chercheurs des universités d’Oxford et Tufts se sont intéressées à un autre virus commun associé à la maladie d’Alzheimer : le virus varicelle-zona (VZV). À l’aide du même modèle cérébral utilisé deux ans plus tôt, l’équipe a exploré son influence potentielle sur les cellules cérébrales porteuses du virus de l’herpès sous sa forme dormante.

Alzheimer
— Life science / Shutterstock.com

De façon frappante, leur exposition au VZB a entraîné une réactivation de l’herpès et la formation de plaques toxiques habituellement observées chez les patients souffrant de la maladie d’Alzheimer. Ce qui ne se produisait pas lorsque les cellules cérébrales exposées au VZV n’étaient pas porteuses du HSV-1.

Une voie parmi d’autres

Si l’étude avance avec certitude que ce mécanisme viral à deux volets peut déclencher la maladie d’Alzheimer, ses auteurs précisent qu’il ne s’agit probablement que d’une voie parmi d’autres, qui pourraient potentiellement se croiser. « Des facteurs de risques tels que les traumatismes crâniens, l’obésité ou la consommation d’alcool pourraient également contribuer à la réactivation du HSV dans les cellules cérébrales », estime Dana Cairns, chercheuse à l’université Tufts.

Faisant craindre une augmentation des maladies neurodégénératives au cours des prochaines décennies, le SARS-CoV-2 est également capable de réactiver le VSV et le HSV-1. Par conséquent, les auteurs de la nouvelle étude recommandent un suivi étroit des patients âgés ayant été infectés par le coronavirus.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments