© David Wright / Wikimedia Commons

Saviez-vous qu’il existe 2 000 villages médiévaux désertés en Angleterre ? Parmi ces villages, il y en a un qui pique particulièrement la curiosité des chercheurs : Gainsthorpe. De tous les villages abandonnés, celui-ci est effectivement le plus visible et le mieux conservé. On y voit encore des maisons, des granges et même des rues.

L’histoire de Gainsthorpe ou « Gamelstorp »

En 1086, un village dénommé « Gamelstorp » est répertorié dans le Domesday Book, l’équivalent de nos jours d’un recensement national, qui a été réalisé pour Guillaume le Conquérant. En 1208, ce village fut répertorié dans un document royal sur les « amendes », il s’agit d’une liste d’accords fonciers légaux. Dans ce document, il fut mentionné que le village occupait 44 hectares – les champs ouverts cultivés en commun n’en font pas partie – et possédait une chapelle, un moulin à vent et un pont. En 1343, les terres de Gainsthorpe ont été attribuées au petit prieuré de Newstead-on-Ancholme.

Aucune preuve écrite n’explique pourquoi ni quand le village a décliné et a été déserté. Toutefois, les chercheurs avancent que les villageois auraient pu diminuer à cause de la peste noire survenue entre 1348 à 1349. Mais même si le village a rétréci, le fait que les terres du village aient été intégrées au domaine du duché de Cornouailles à la fin des XIVe et XVe siècles suggère que certaines fermes villageoises ont survécu.

Le village déserté conserve encore plusieurs traces d’habitation  

Malgré tout, il semblerait que le village ait été déserté en 1616, car le duché de Cornouailles a rédigé un rapport selon lequel il n’y avait plus ni bâtiment en pierre, ni chalet ni immeuble. A la fin du XVIIe siècle, un antiquaire du nom d’Abraham de la Pryme s’est rendu sur le site. Il a rédigé deux descriptions distinctes et légèrement contradictoires du site. En 1697, il rapporte l’existence de fondations en ruine d’environ 200 bâtiments dans trois rues abandonnées. En 1699, il note la présence d’environ 100 bâtiments dans cinq ou six rues, rapporte English Heritage.

En interrogeant la population locale, De la Pryme apprend que le village disparu disposait d’une chapelle appelée « Church Garth » au sud-ouest des ruines. Il apprend également que des voleurs avaient utilisé le village comme repaire mais que les habitants des villages voisins les ont chassés, provoquant l’abandon total du village, qui est devenu un pâturage de moutons.

En tout cas, le village déserté comporte encore de nombreux éléments sous forme de travaux de terrassement dans le champ enherbé, de crêtes surélevées et de creux engloutis. On y trouve par exemple encore la trace de trois ou quatre routes, d’au moins 25 bâtiments répartis dans 15 enclos, de bâtiments en pierre sous forme de soubassements rectangulaires recouverts de gazon et une série de creux irréguliers qui ressemblent à des carrières.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de