— SciePro / Shutterstock.com

Une équipe de chercheurs britanniques a développé une approche basée sur la lumière pour traiter le cancer du cerveau. Celle-ci combine un agent fluorescent permettant de guider les chirurgiens vers la tumeur, et la lumière proche infrarouge pour l’éliminer.

Une combinaison anti-cancer redoutable

La nouvelle procédure s’appuie sur une technique courante connue sous le nom de « chirurgie assistée par fluorescence ». Cette dernière consiste à introduire dans l’organisme un agent fluorescent, associé à une molécule synthétique qui se lie à une protéine spécifique, telle que celles exprimées par les cellules cancéreuses. Sous certaines conditions d’éclairage ou d’imagerie, la tumeur va ainsi devenir brillante, ce qui permet aux chirurgiens de retirer les cellules touchées avec beaucoup plus de précision.

Dans le cadre de travaux récemment publiés dans la revue BMC Medicine, des scientifiques de l’Institute of Cancer Research de Londres ont ajouté une molécule supplémentaire afin que la lumière puisse à la fois être utilisée pour cibler et détruire les cellules cancéreuses. Cette dernière se lie à une protéine appelée EGFR, souvent mutée dans les cas de glioblastome, un cancer du cerveau.

Après avoir utilisé la fluorescence pour retirer la majeure partie de la tumeur, les chirurgiens peuvent projeter une lumière proche de l’infrarouge sur le site afin que le composé libère des espèces réactives de l’oxygène afin de la détruire. L’idée est de tuer toutes les cellules restantes qui pourraient (et c’est malheureusement souvent le cas) entraîner une récidive post-opératoire.

— Kateryna Kon / Shutterstock.com

Des premiers résultats extrêmement prometteurs

Lors de tests effectués sur des souris atteintes de glioblastome, les chercheurs ont constaté que les rongeurs traités avec la nouvelle technique présentaient des signes clairs de mort tumorale une heure seulement après l’exposition à la lumière proche infrarouge. Le traitement a également permis au système immunitaire des animaux de lancer un nouvel assaut contre les cellules cancéreuses restantes, ce qui pourrait contribuer à réduire les risques de récidive.

« Ce nouveau traitement photoimmunothérapique, combinant marquage fluorescent, protéine particulière et lumière proche de l’infrarouge, peut à la fois cibler et détruire les cellules de glioblastome restantes chez les souris », détaille Gabriela Kramer-Marek, auteure principale de l’étude.

« À l’avenir, nous espérons qu’une telle approche pourra être utilisée pour traiter le glioblastome humain et potentiellement d’autres types de cancers. »

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
larroque
larroque
1 mois

Bonjour, la phototherapie des tumeurs est developpée experimentalement depuis les années 1990 et des traitements chez l’homme utilisés depuis lors (Photofrin II). La nouveauté de cette étude réside peut être dans le fait que la molécule photosensible est couplée à un anticorps encore que ce principe est déjà en application… Lire la suite »