Dans des centres de dressage français, les chiens sont torturés pour être de meilleurs compétiteurs

C’est une enquête accablante qui vient d’être publiée par l’association One Voice, spécialisée dans la protection et le droit des animaux. Les membres de l’organisation ont en effet mené une enquête de 3 ans dans le monde du dressage Ring, là où l’on entraîne les chiens à obéir. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le traitement subi par ces chiens de garde est effrayant…

 

Qu’est-ce que le Ring ? 

Le dressage Ring est une discipline considérée comme un sport canin. Le ring consiste en un ensemble d’épreuves destinées à dresser les chiens en leur apprenant l’obéissance, le saut d’obstacle et l’attaque. En résumé, elle permet d’assurer au maître du chien un contrôle total, pour la défense ou pour les compétitions. Se déroulant dans des centres d’apprentissage fermés au public, les épreuves et l’entraînement que l’on fait subir aux chiens sont tenus dans le plus grand secret…

Mais l’association One Voice, qui « mène depuis 1995 une lutte non violente pour les droits fondamentaux des animaux », vient tout juste de publier son enquête au coeur d’un centre de dressage pour chiens. Après 3 ans d’enquête qui s’étendent de 2014 à 2017, One Voice a constaté l’effroyable traitement réservé aux animaux de ces centres.

Attention, les vidéos que nous allons vous montrer ci-dessous sont choquantes :

Colliers électriques et coups de fouet

Pour maîtriser les chiens, les dresseurs usent de multiples outils tous plus horribles les uns que les autres : colliers électriques, colliers étrangleurs, fouets à câbles ronds, table de contention pour attacher les animaux… L’association écrit sur son site : « le chien est attaché court et fouetté pour qu’il aboie et attaque… Et s’il tente de fuir, il se pend ».

Pour faire apprendre aux chiens à se coucher, les « dresseurs » piétinent la corde de leur laisse pour les forcer à atteindre le sol. Pour leur apprendre à obéir, ils tirent un coup sec sur le cordon, quitte à les trainer sur un bon mètre. One Voice affirme que les chiens ayant expérimenté cela peuvent être « traumatisés à vie ».

Après l’entraînement, l’emprisonnement

Les chiens ne sont pas que des souffre-douleurs : lors de leur « repos », ils sont confinés dans des cages, coffres de voiture ou caisses de transport. Aucune de ces « niches » ne sont suffisamment grandes pour permettre à l’animal de tenir debout. Et comme si cela ne suffisait pas, on leur empêche tout accès à l’eau et à la nourriture s’ils ne respectent pas à la lettre les consignes démentes de leurs soit-disant dresseurs.

Selon l’association, cet ignoble traitement dure depuis que les chiens ont « quitté leurs mères ». Autrement dit, ils ont vécu toutes leurs vies sous les coups et les insultes. Dans une interview donnée au Parisien, la présidente de l’association Muriel Arnal affirme que « les chiennes enseignent l’inhibition de la morsure à leurs petits, c’est-à-dire à ne jamais attaquer sans sommation […] Au contraire, dans le cas du ring, les [chiens] doivent mordre sans jamais lâcher. C’est particulièrement dangereux si ce conditionnement s’effectue entre 2 et 10 mois […]. Le chien cassé psychologiquement considérera que refermer ses crocs sur tout ce qui bouge est la norme ».

Une défense hasardeuse et une mise en cause évidente

Toujours au Parisien, Muriel Arnal indique : « Alors que la loi de 2008 interdit la circulation d’animaux dangereux, on crée des machines à tuer à des fins de loisir ». La présidente est claire : « Nous réclamons l’interdiction de cette pseudo-discipline sportive ». Ce qui serait somme toute logique après ces images…

Mais pas pour tout le monde ! Michel Valladon, un juge de la discipline ring, indique quant à lui : « Bien sûr, il existe des brutes épaisses comme dans tous les milieux, mais la meilleure preuve que ces chiens sont bien traités est qu’ils obéissent. Sinon, ils se retourneraient contre leur maître ». Une bien mauvaise défense pour toute une discipline mise en cause. Qu’en sera-t-il de la suite des événements ? Rappelons tout de même que l’association One Voice s’était déjà illustrée lorsqu’elle a dénoncé le traitement des lapins angora. On attend donc la réponse du gouvernement face à ces actes tout bonnement honteux.

Les bergers allemands, chiens propices au dressage ring

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux