En matière de boissons chaudes, chacun de nous a sa préférence. Certains sont habitués au café tandis que d’autres sont abonnés au thé. Justement, une étude révèle que les seconds ont un avantage par rapport aux premiers. Selon les scientifiques, les buveurs de thé réguliers sont mieux protégés de la détérioration du cerveau en vieillissant.

Le thé assure une fonction cognitive saine

Feng Lei, professeur assistant au département de médecine psychologique de l’école de médecine Yoong Loo Linn de l’université nationale de Singapour, ainsi que des chercheurs de l’université de l’Essex et de l’université de Cambridge, ont publié une étude dans le journal Aging. Leur recherche révèle effectivement que les buveurs réguliers de thé disposaient de régions cérébrales mieux organisées que les non-buveurs de thé.

« Nos résultats offrent la première preuve de la contribution positive du thé à la structure du cerveau et suggèrent que la consommation régulière de thé a un effet protecteur contre le déclin de l’organisation cérébrale lié au vieillissement », déclare Feng Lei, dans des propos rapportés par Futurity.

Le thé diminue le risque de déclin cognitif de 50 %

Des études antérieures avaient déjà démontré les apports bénéfiques du thé sur la santé humaine. Ainsi, consommer du thé vert faciliterait la perte de graisses viscérales et permettrait de limiter les risques de cancers. Une étude longitudinale réalisée par Feng en 2017 montrait effectivement que les personnes âgées buvant quotidiennement du thé avaient 50 % moins de risque de subir un déclin cognitif. Après cette découverte, Feng et son équipe ont décidé d’observer plus en détail l’effet du thé sur les réseaux cérébraux.

Pour ce faire, l’équipe de recherche a effectué une étude de 2015 à 2018 pour laquelle 36 adultes âgés de 60 ans et plus ont été recrutés. Les chercheurs ont recueilli des informations sur leur santé, leur mode de vie et leur bien-être psychologique. Les participants ont également passé des tests neuropsychologiques ainsi qu’une IRM.

– beats1 / Shutterstock.com

Le thé prévient les perturbations dans le cerveau

Après analyses, les chercheurs ont constaté que les participants qui buvaient du thé vert, du thé oolong ou du thé noir quatre fois par semaine au minimum pendant environ 25 ans avaient des régions cérébrales bien structurées.

« Nous avons montré dans nos études précédentes que les buveurs de thé avaient une meilleure fonction cognitive par rapport aux non-buveurs de thé. Nos résultats actuels concernant le réseau cérébral corroborent indirectement nos constatations antérieures en montrant que les effets positifs de la consommation régulière de thé sont le résultat d’une meilleure organisation du cerveau résultant de la prévention de la perturbation des connexions entre les régions du cerveau », déclare Feng.

Les chercheurs comptent désormais examiner les effets du thé sur le déclin cognitif et déterminer quels composés bioactifs contenus dans le thé jouent un rôle actif dans ce processus.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de