Tesla
— Jeppe Gustafsson / Shutterstock.com

En Suède, la popularité d’Elon Musk et de son entreprise Tesla est au plus bas. En effet, les syndicats locaux sont aux prises avec une confrontation tendue avec Tesla sur les conditions de travail et les droits de négociation collective. Avec l’arrêt des chaînes de production et des livraisons, Tesla est au plus mal en Suède.

L’actionnaire majoritaire et PDG de Tesla, Elon Musk, se heurte à une résistance croissante dans les démocraties sociales scandinaves après avoir refusé de signer une convention collective fixant le salaire minimum de ses employés. Le conflit, qui n’impliquait initialement que 130 mécaniciens dans dix ateliers de réparation Tesla répartis dans sept villes suédoises, s’est transformé en un mouvement de grève international. En signe de solidarité avec les mécaniciens en grève, les employés du service postal suédois ont notamment décidé de bloquer les livraisons de plaques d’immatriculation Tesla.

Les syndicats des travailleurs suédois ont, quant à eux, décidé d’arrêter de décharger les véhicules Tesla des navires, mais aussi de ne plus collecter les déchets dans les ateliers Tesla. Plus encore, la Suède a obtenu le soutien de nombreux pays voisins – dont le Danemark, la Norvège et la Finlande – qui cherchent désormais à agir de même par solidarité. Ces derniers ont notamment décidé de bloquer la sortie des véhicules Tesla dans les ports, mais aussi d’arrêter les services de réparation pour les voitures Tesla.

Tesla a essayé d’intenter des actions en justice face à certains de ces mouvements, mais sans succès. De son côté, Elon Musk a estimé que ces décisions étaient une folie, et cela n’a fait qu’accroître le mécontentement des Suédois et leurs pairs scandinaves.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments