2017 sera sûrement l’année la plus chaude jamais enregistrée

D’après un certain nombre de chercheurs, nous sommes entrés dans l’Anthropocène, une ère où les évolutions de la planète sont entièrement dues aux activités humaines et non plus aux forces de la nature. Parmi elles, le réchauffement climatique qui menace nos écosystèmes et nos sociétés. L’année 2017 s’apprête à être l’année la plus chaude jamais enregistrée, il est plus que temps d’agir.

 

L’augmentation des températures

Voilà trois ans que nous battons successivement des records de température, en 2014, en 2015, puis en 2016, et cette augmentation ne semble pas prête de s’arrêter. A la mi-février, il faisait presque 38 °C à Magnum, une ville des États-Unis située dans l’Oklahoma. Ces températures, anormales pour une ville de l’hémisphère nord en plein hiver, laissent présager une hausse sans précédent pour 2017.

L’an dernier, les températures ont augmenté de 1,1 °C au-dessus de ce qui était enregistré pour l’ère pré-industrielle, d’après l’organisation météorologique mondiale. Si cela peut sembler peu, il faut se dire que lors de la dernière ère glacière, les températures ne différaient que de 5 °C avec celles d’aujourd’hui, or nous savons à quel point les écosystèmes et le climat se sont transformés depuis. D’après les chercheurs Owen Gaffney (université de Stockholm) et Will Steffen (université nationale australienne), les températures augmentent 170 fois plus vite qu’au cours cours de l’ère précédente, où les forces naturelles influençaient encore l’évolution du système terrestre.

 

La multiplication des bouleversements naturels

Alors que la Terre se réchauffe et le niveau des océans augmente, nous ne tarderons pas à voir les effets négatifs du réchauffement climatique sur nos écosystèmes. Certains bouleversements sont déjà bel et bien visibles.

L’année dernière, des feux de forêts géants se sont déclarés à Alberta, au Canada du fait de la sécheresse et des températures. Ces incendies ont coûté plusieurs milliards de dollars aux assureurs… De même, l’ouragan Matthew a ravagé Haïti, détruisant les infrastructures et causant des centaines de morts ; à l’heure actuelle, les habitants sont toujours en train de reconstruire leur pays.

Les vagues de chaleur en Arctique ont contribué à la fonte des glaces responsables de la hausse du niveau des océans, ainsi qu’à la destruction de la faune et de la flore. Enfin, le réchauffement climatique est également responsable du blanchiment des récifs coralliens, à ce titre, les scientifiques pensent que nombreux sont les coraux qui ne pourront plus se régénérer.

 

Lutter contre le réchauffement climatique : une urgence

Il est urgent d’agir face aux changements climatiques. Espérons que les pays signataires de l’accord de Paris mettront tous les moyens en œuvre pour maintenir leur obligation de limiter le réchauffement mondial entre 1,5 et 2 °C d’ici 2100.

Heureusement, nombreux sont les États qui s’investissent de manière croissante dans les énergies renouvelables, la transition énergétique doit s’imposer comme une réponse au réchauffement climatique.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux