Si certaines études ont pu montrer que la chaleur et l’humidité pourraient ralentir la propagation de la pandémie de Covid-19, les températures extrêmes de cet été risquent néanmoins de favoriser les contaminations au virus. En effet, les chaleurs estivales poussent de nombreuses personnes à l’extérieur où le risque d’attraper le coronavirus est plus élevé.

Des températures estivales à hauts risques

Bien que certaines preuves aient pu montrer que la chaleur ralentit la propagation du virus, les mois d’été qui arrivent à grands pas risquent de provoquer de nouveaux risques, notamment aux Etats-Unis, comme l’a rapporté le Washington Post. Les températures extrêmes pousseront effectivement les personnes à sortir de chez elles et à être donc plus exposées à l’extérieur, où les risques d’infection sont plus élevés. La pandémie mais aussi la chaleur particulièrement élevée représentent donc un risque mortel, notamment pour les personnes âgées et les malades chroniques.

Selon les experts, le réchauffement climatique aggravera davantage cette problématique. Une majeure partie des États-Unis doit d’ailleurs s’attendre à des températures inhabituellement fortes cet été, les projections du National Weather Service étant conformes à la tendance du réchauffement de la planète. Le nord-est du pays est davantage concerné, notamment lorsque l’on sait qu’il a été durement touché par le coronavirus. Cette région devra donc faire face à un risque important de températures élevées. Depuis les années 1980, les États-Unis se sont d’ailleurs réchauffés de près de 1°C, selon la NOAA.

Chaque été que nous avons se déroule dans un monde où le réchauffement climatique est déjà en cours. Le changement climatique augmente les risques de chaleur estivale sévère. Nous avons de bonnes preuves que les températures extrêmes augmentent plus rapidement que les températures moyennes en raison du réchauffement climatique”, a rapporté Justin Mankin, climatologue à l’université de Dartmouth.

Une chose qui nous inquiète au sujet de la chaleur et de l’humidité vraiment extrêmes est que si l’air devient suffisamment humide, il est pratiquement impossible pour quelqu’un de rester au frais”, a également expliqué Radley Horton, climatologue à l’université de Columbia. “D’un point de vue estival, les choses qui, selon moi, seront vraiment dommageables sont les événements combinés de chaleur et d’humidité. Pour la même température, New York a une incidence de mortalité liée à la chaleur plus élevée que l’Arizona. Et la raison en est que lorsque la chaleur frappe New York, elle s’accompagne d’humidité. Surtout, les vagues de chaleur ne présentent pas le même risque pour tous. Elles affectent les plus vulnérables d’entre nous, tout comme le Covid-19. La capacité de se rafraîchir est de plus en plus un signe de richesse”, a rapporté à son tour Justin Mankin.

Par ailleurs, les vagues de chaleur sont souvent plus dangereuses dans les quartiers les plus pauvres car ils manquent souvent d’arbres ou bien de parcs qui favorisent des températures moins chaudes. Les individus qui habitent dans ces quartiers n’ont également pas toujours les moyens d’investir dans un climatiseur. “Il y a beaucoup de gens qui n’ont pas leur propre climatiseur. Vont-ils pouvoir se rendre dans les centres de refroidissement ? Les centres de refroidissement vont-ils être ouverts ? Certaines personnes comptent aussi sur la plage ou sur les piscines publiques pour se rafraîchir. Est-ce que cette option sera là ?”, a notamment expliqué Radley Horton. Ces populations risquent donc d’être davantage exposées à la propagation du coronavirus.

— Iakov Kalinin / Shutterstock.com

« Les vagues de chaleur ne feront que rendre les choses plus difficiles »

En outre, s’il s’avère que le virus s’adapte bien mieux à la chaleur et à l’humidité que les premières études l’avaient montré, les parcs et les rues deviendraient de véritables zones à risques. Par ailleurs, les communautés de couleur sont également davantage touchées par le Covid-19 et sont plus exposées à la pollution. Elles sont donc plus susceptibles de décéder de la maladie. Des températures extrêmes ne feront qu’aggraver les risques de pollution et affaiblir leurs défenses immunitaires.

Le professeur de sciences de la santé environnementale, Jeffrey Shaman, a également expliqué que les relations entre les températures et le coronavirus sont encore bien incomprises, ce qui rend davantage difficile de savoir ce qu’il faut faire en cas de vague de chaleur. Si le virus se détériore avec la chaleur et l’humidité, les individus souhaitant sortir dans un parc ou aller se rafraîchir dans un restaurant ou un cinéma seront moins exposés aux risques. Néanmoins, si le virus tolère les températures élevées, les parcs et lieux publics pourraient bien devenir “des boîtes de Pétri”.

Malheureusement, il y a tellement de petites inconnues à ce sujet, dont beaucoup proviennent du fait que nous ne comprenons tout simplement pas beaucoup les virus respiratoires en général, sans parler du Covid-19. Les vagues de chaleur ne feront que rendre les choses plus difficiles”, a finalement conclu Jeffrey Shaman.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de