— Life science / Shutterstock.com

De récentes recherches ont montré que la température de notre encéphale pouvait être supérieure de plusieurs degrés à celle du reste de notre organisme, atteignant quasiment 41 °C chez les femmes dans la seconde moitié de leur cycle menstruel.

Une activité métabolique élevée

On supposait jusqu’à présent que la température normale du cerveau était la même que celle du reste du corps (environ 37 °C), mais le vérifier constituait un véritable défi. Si des sondes cérébrales extrêmement sensibles peuvent être implantées chez les personnes souffrant de graves traumatismes crâniens pour la suivre en temps réel, une approche aussi invasive s’avérait difficilement envisageable pour des sujets ne présentant pas de telles lésions.

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Brain, Nina Rzechorzek et ses collègues du MRC Laboratory of Molecular Biology de Cambridge ont examiné le cerveau de 40 personnes en bonne santé (dont la moitié étaient des femmes) à l’aide d’une technique relativement nouvelle appelée spectroscopie par résonance magnétique.

Selon les chercheurs britanniques, c’est la première fois qu’une telle approche, impliquant des appareils IRM pour mesurer la température de différentes parties du cerveau, était utilisée pour mesurer la variation de la température cérébrale pendant la journée et au cours du cycle menstruel.

— Kateryna Kon / Shutterstock.com

« Il s’est avéré que celle-ci variait de 36,1 °C à 40,9 °C, et était en moyenne de 2,5 °C supérieure à la température mesurée par voie buccale, ce qui est logique car le cerveau est très actif sur le plan métabolique », explique Rzechorzek.

Des variations importantes

Les valeurs les plus élevées ont été relevées dans le thalamus, l’une des parties les plus profondes du cerveau, potentiellement moins vascularisée que le reste de l’organe. L’équipe a également constaté que le cerveau était plus froid d’environ 0,9 °C la nuit, ce qui pourrait s’expliquer par un afflux sanguin plus important lorsque nous dormons.

Le cerveau des femmes participant à l’étude était en moyenne plus chaud de 0,4 °C pendant la seconde moitié du cycle menstruel, entre l’ovulation et les menstruations.

« Les médecins essaient parfois d’abaisser la température corporelle des personnes souffrant de lésions cérébrales parce qu’ils craignent que les températures élevées soient nocives, mais nos travaux montrent qu’une température de 40 °C n’est pas nécessairement anormale », conclut Rzechorzek.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments