Suite à une inspection dans l’ISS, les chercheurs de la Nasa ont constaté que de nombreux microbes et champignons s’y trouvaient.

Des analyses inquiétantes

Afin de parvenir à ce résultat, les astronautes scientifiques ont inspecté l’intérieur de la Station spatiale internationale pendant quatorze mois. 133 populations bactéries et 81 champignons grouillent dans l’ISS. On retrouve majoritairement des staphylocoques (26 %), protea (21 %) ou bacilles (11 %). Cela est notamment inquiétant pour la santé des habitants de l’ISS.

Un danger pour les astronautes ?

On sait encore très peu de choses sur les bactéries retrouvées. « La détection de ces bactéries potentiellement responsables de causer des maladies met en lumière l’importance de poursuivre les recherches afin d’examiner comment ces microbes de l’ISS évoluent dans un tel environnement », affirme le docteur Aleksandra Checinski Sielaff.
« Cela dépend de l’état de santé de chaque individu et du fonctionnement de ces organismes dans l’environnement spatial ».

“Il a été démontré que des microbes spécifiques dans les espaces intérieurs de la Terre ont un impact sur la santé humaine […] C’est d’autant plus important pour les astronautes pendant les vols spatiaux, car ils ont une immunité altérée et n’ont pas accès aux interventions médicales sophistiquées disponibles sur Terre”, a déclaré le docteur Kasthuri Venkateswaran, chercheur de la NASA.

Ces microbes sont similaires à ceux que l’on retrouve dans les hôpitaux, les transports en commun ou les salles de sport.
Même si certains sont inoffensifs, d’autres peuvent être dangereux.  C’est notamment le cas du staphylocoque doré. On en retrouve 10 % dans l’ISS. Il se trouve naturellement sur la peau et les muqueuses et peut provoquer des intoxications alimentaires ou des infections sérieuses.

Un staphylocoque doré © Wikimédia

Quelles conséquences pour les futures expéditions ?

Des nouvelles recherches devraient être faites pour surveiller l’évolution de ces germes, afin de comprendre leur réel danger pour les spationautes. Cependant, tous les microbes ne sont pas néfastes puisque nous sommes dépendants de certains d’entre eux pour rester en bonne santé. Le corps subit toutefois de nombreux changements et ne réagit pas de la même manière dans l’espace que sur la Terre. Voilà pourquoi il est important de surveiller de près ce problème, surtout avant le voyage prévu pour la planète Mars en 2033.

L’astronaute Peggy Whitson à bord de la Station spatiale internationale © Wikimédia

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de