Cette méthode mise au point par des chercheurs américains permet de décontaminer les sols pollués au pétrole lourd sans impacter leur fertilité. Un procédé innovant qui a permis aux scientifiques de faire pousser des laitues sur des sols auparavant chargés d’hydrocarbures. Explications.

 

Cette méthode révolutionnaire décontamine les sols pollués aux hydrocarbures

Si les fuites de pétrole en mer font régulièrement le gros titres des journaux, il faut savoir que près de 98 % des écoulements d’hydrocarbures ont lieu sur la terre ferme. Ainsi, ce ne sont pas moins de 25 000 cas qui sont recensés chaque année à l’échelle mondiale. Des statistiques particulièrement inquiétantes qui démontrent l’absolue nécessité de trouver des solutions efficaces pour décontaminer ces sols hautement pollués.

C’est dans cette optique que des chercheurs de l’Université de Rice ont mis au point une méthode de décontamination innovante basée sur la pyrolyse, qui va consister à chauffer pendant plusieurs minutes les sols chargés d’hydrocarbures à une température inférieure à 500 °C (au-delà, les argiles chargées de retenir l’eau seraient détruites et la déshydratation irréversible) tout en empêchant l’oxygène d’y pénétrer afin de préserver leur fertilité.

 

Une fertilité équivalente à celle des sols sains et aucun rejet de polluant toxique dans l’atmosphère

Réalisés sur des échantillons de sols contaminés en laboratoire avec du pétrole lourd, les premiers essais ont démontré que chauffer ces sols à 420 °C pendant 15 minutes permettait d’éliminer 99,9 % des hydrocarbures pétroliers totaux et 94,5 % des hydrocarbures polycycliques. À cette température, une réaction chimique se produit et convertit les hydrocarbures en solutions stables et peu réactives, ce qui permet de ramener le sol à un niveau de pollution minimal.

Afin de tester la fertilité des échantillons de sols décontaminés, les scientifiques ont tenté d’y faire pousser des laitues Simpson à graines noires, connues pour leur extrême sensibilité à la pollution aux hydrocarbures. Résultat : après 21 jours de pousse, les laitues présentaient un rendement et un poids semblables à celles cultivées sur un sol sain. Mieux encore, ce procédé novateur ne semble rejeter aucun polluant toxique dans l’atmosphère.

© Markus Spiske/Pexels

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de