— G-Stock Studio / Shutterstock.com

L’odorat est le sens qui permet d’analyser les substances chimiques présentes dans l’environnement. En effet, cet organe permet de percevoir les odeurs grâce aux capteurs situés dans les fosses nasales. Tous les mammifères en possèdent. Récemment, la perte de l’odorat a été comptée parmi les symptômes du Covid-19. Les scientifiques affirment que cela se manifeste dès le début de la maladie. Des médecins aident les patients à récupérer cette capacité sensorielle grâce à des traitements ciblés. Toutefois, des scientifiques avancent qu’il est aussi possible que les humains commencent à perdre progressivement leur sens de l’odorat. Et ce, sans même avoir contracté le Covid-19.

NOTRE ODORAT SOUMIS À RUDE ÉPREUVE

Une étude publiée dans la revue PLOS Genetics a récemment démontré que notre odorat pouvait progressivement diminuer. Cela est peut-être dû à la variation des nerfs olfactifs présents chez chaque individu. Ce sont ces nerfs qui détectent les odeurs présentes dans l’environnement. En 2013, les scientifiques ont démontré qu’il existe différents types de nerfs olfactifs. Par conséquent, chaque personne peut percevoir les odeurs différemment. Par exemple, certaines personnes peuvent sentir que certaines odeurs sont plus piquantes alors que d’autres ne le ressentent pas.

Un chercheur chinois a réuni une équipe afin de déterminer la cause de cette réduction du sens olfactif. En effet, Bingjie Li s’est donné pour mission de faire des tests sur divers individus afin de découvrir comment leurs nerfs olfactifs se développent. Pour cette expérience, il s’est intéressé à 364 individus d’ethnies différentes ainsi que différents types de parfums d’intensités différentes.

— Microgen / Shutterstock.com

L’évolution humaine en serait la cause

En conclusion, son expérience a montré que chaque individu perçoit différemment l’odeur du parfum. Son équipe et lui ont aussi conclu que les humains perdent doucement leurs capacités olfactives. Selon lui, les gènes se dégradent à cause du changement drastique de l’environnement.

Ils ont aussi découvert une mutation des gènes humains qui interfère avec les nerfs olfactifs. Selon eux, il existerait 27 mutations liées aux odeurs. D’autres scientifiques soutiennent cette théorie car ils affirment que l’odorat de l’Homme s’est peu à peu estompé lorsque la vue s’est plus développée. Cela serait donc dû à notre évolution depuis l’ère des primates.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
louis
louis
3 mois

nous mangeons des produits qui ont la saveur du polystirene ou du cellophane des barquettes que nous pourrons ainsi dévorez sans sans rendre compte , elle est pas belle notre societé de conso …