Gobekli-Tepe
— GC photographer / Shutterstock.com

Göbekli Tepe est un site néolithique en Turquie, où des archéologues ont fait des découvertes remarquables. Parmi elles, une statue de sanglier vieille de 11 000 ans, ornée de pigments colorés. Ce site, connu pour ses constructions mégalithiques, se situe en Haute-Mésopotamie, une région où sont apparues les premières communautés agricoles. Les piliers en forme de T caractéristiques de Göbekli Tepe ont suscité un grand intérêt.

Göbekli Tepe – Un site archéologique exceptionnel

Göbekli Tepe, qui signifie “la colline du ventre” en turc, est l’un des sites archéologiques les plus éminents au monde. Il se trouve au sommet d’une crête artificielle en calcaire de 15 mètres de haut, couvrant une superficie de 9 hectares. Il date du Néolithique pré-poterie, entre 9 600 et 8 200 avant notre ère, bien avant l’âge du bronze.

Ses piliers monolithiques en forme de T sont uniques et ont été associés à des rituels d’une grande importance. Göbekli Tepe remet en question notre compréhension de l’histoire ancienne en témoignant du savoir-faire et des compétences architecturales des sociétés anciennes. L’histoire de Göbekli Tepe est fascinante, car elle remonte à une période où l’agriculture et la sédentarisation n’existaient pas encore.

Cela suggère que des groupes de chasseurs-cueilleurs ont construit ces structures monumentales pour des raisons religieuses ou rituelles, défiant ainsi les idées reçues sur le développement de la civilisation. Le site est également intrigant en raison de l’absence de preuves d’habitations permanentes à proximité, ce qui pose des questions sur la manière dont les gens venaient participer aux rituels.

L’architecture monumentale de Göbekli Tepe

Les piliers en forme de T de Göbekli Tepe sont les éléments centraux de son architecture monumentale. Certains d’entre eux mesurent 5,5 mètres de haut et se dressent au centre des édifices monumentaux du site. Ce qui est particulièrement remarquable, c’est la manière dont ces piliers ont été soigneusement insérés dans des plates-formes taillées dans le plateau naturel, démontrant une précision architecturale étonnante.

Ces piliers sont ensuite entourés de murs de pierre, qui étaient interrompus à intervalles réguliers par des piliers calcaires en forme de T plus petits. Cette disposition complexe suggère que Göbekli Tepe avait une signification rituelle profonde et que la disposition des piliers avait un but précis dans les rituels qui s’y déroulaient.

Ce qui est tout aussi fascinant, c’est que ces constructions massives ont été réalisées par des sociétés qui n’avaient pas encore inventé la poterie. Les détails architecturaux de Göbekli Tepe révèlent un haut niveau de sophistication, remettant en question notre compréhension des capacités de ces anciens groupes de chasseurs-cueilleurs.

L’art unique de Göbekli Tepe

Göbekli Tepe est également connu pour son art singulier, principalement des représentations d’animaux. Les piliers en forme de T portent souvent des bas-reliefs anthropomorphes, ce qui leur confère une dimension humaine.

Les bras, les mains et les vêtements sculptés sur les piliers suggèrent que ces structures avaient un rôle plus complexe que de simples édifices religieux. Elles étaient peut-être le lieu de rituels impliquant la participation active des personnes. Le site abrite aussi de nombreuses statues en pierre d’animaux et d’humains, ainsi que des pièces ornées de multiples symboles et représentations.

Ces œuvres d’art variées offrent un aperçu précieux des croyances et des pratiques rituelles de l’époque. Certains chercheurs considèrent ces représentations comme des indices d’un système de croyances élaboré et d’une mythologie qui imprégnait la vie de ces anciennes sociétés.

La découverte d’une statue de sanglier peinte

Parmi les découvertes récentes qui ont émerveillé les archéologues du ministère turc de la Culture et du Tourisme, la statue de sanglier vieille de 11 000 ans se distingue. Cette pièce unique, sculptée dans du calcaire, révèle une caractéristique remarquable : des traces de pigments rouges, blancs et noirs sont visibles sur sa surface.

Il s’agit de la première statue peinte connue du Néolithique, une découverte qui ouvre de nouvelles perspectives sur l’art de cette période. La statue repose sur un banc orné de symboles énigmatiques, dont un croissant, un symbole en forme de H, deux serpents et trois visages ou masques humains.

Ces symboles suggèrent une signification rituelle profonde, mais leur interprétation précise reste un mystère. Cette découverte unique nous permet d’explorer les rituels et les croyances anciennes d’une manière encore plus profonde et de mieux comprendre le monde des premiers agriculteurs. Pour aller plus loin, voici 11 sites anciens qui étaient considérés comme de véritables portes des étoiles.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments