Les astronomes viennent de faire une découverte qui changera à tout jamais la perception que nous avons de notre univers : 20 nouveaux satellites naturels ont été découverts en orbite autour de la planète Saturne, élevant au nombre total de 82 les astres associés à la planète gazeuse. Une révélation qui lui permet de dépasser le record précédent au sein de notre Système solaire, jusqu’alors détenu par Jupiter et ses 79 lunes.

Une découverte exceptionnelle

C’est lundi que l’International Astronomical Union’s Minor Planet Center a fait part de cette découverte. Une équipe de chercheurs sous la direction de Scott S. Sheppard a en effet découvert 20 lunes jusqu’alors inconnues en orbite autour de Saturne. Une révélation qui a valu à la planète gazeuse le surnom de « nouveau roi des lunes », donné par la Carnegie Institution de Washington, à l’origine des récentes observations.

Les 20 lunes sont toutes minuscules, mesurant environ 5 km de diamètre. Quant à leur trajectoire, 17 de ces astres sont en orbite rétrograde autour de Saturne, ce qui signifie qu’ils se déplacent dans la direction opposée à celle de la rotation de la planète. Les trois lunes restantes embrassent une gravitation prograde, donc similaire au mouvement de rotation de Saturne.

Deux des lunes au mouvement prograde, deux sont relativement proches de la planète Saturne, et en effectuent un tour complet en seulement deux années terrestres, tandis que la troisième lune en orbite prograde et l’intégralité des 17 astres en mouvement rétrograde font un mouvement complet en plus de trois ans.

— Dotted Yeti / Shutterstock.com

Les astronomes ont longuement étudié l’inclinaison de ces satellites naturels, afin de les faire rentrer dans trois groupes d’astres déjà répertoriés. Ainsi, les lunes progrades les plus proches de Saturne possèdent une inclinaison de 46°, et rejoignent ainsi d’autres astres possédant les même caractéristiques au sein du groupe dit « inuit ».

L’intégralité des lunes rétrogrades, elles aussi issues d’une lune mère, ont été admises dans le groupe nordique, dont elles partageaient certaines caractéristiques, notamment le sens de rotation et l’inclinaison. Quant à a la planète rétrograde la plus éloignée de la planète gazeuse, elle a été répertoriée au sein du groupe gaulois, dont l’intégralité des astres possèdent une inclinaison de 36°. Selon les chercheurs, cet ensemble de petites lunes serait en fait le résultat de l’explosion d’une lune plus imposante qui s’est fragmentée dans le passé à la suite d’une collision avec d’autres objets spatiaux (comme des comètes ou des astéroïdes).

Une recherche collaborative

Ces observations exceptionnelles ont été réalisées par l’équipe de Sheppard, complétée par David Jewitt de l’université de Californie à Los Angeles, et Jan Kleyna, de l’université d’Hawaï. Le groupe de scientifiques s’est appuyé sur les données communiquées par le télescope Subaru, situé à Hawaï. « En utilisant certains des plus grands télescopes du monde, nous sommes en train de compléter l’inventaire des petites lunes autour de planète géantes, a souligné Sheppard. « Ils jouent un rôle crucial en nous aidant à déterminer comment les planètes de notre Système solaire se sont formées et ont évolué. »

Pour que tout un chacun puisse se sentir concerné par ce projet, la fondation de recherche a lancé un concours pour proposer des noms à ces 20 lunes nouvellement découvertes. Jusqu’au 6 décembre, des suggestions pourront ainsi être faites pour baptiser ces astres, dans des tweets qui devront être adressés à @SaturnLunacy, et comportant le hashtag #NameSaturnsMoons.

Cependant, prudence si vous voulez soumettre vous propres propositions, car elles devront être soumises à des règles strictes. Chacune de ces lunes devra en effet porter le nom mythologique d’un géant, et ce en fonction de l’ensemble dans lequel elle est inscrite.

Ainsi, les membres du groupe nordique devront faire référence à des géants issus de la mythologie nordique, tandis que les 2 lunes au mouvement prograde devront porter le nom de géants inuits, et la dénomination de la dernière lune au mouvement prograde devra être inspirée par un géant issu de la mythologie celtique.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de