Les rotifères bdélloïdes mesurent entre 150 et 700 µm (micromètres) — © Michael Plewka

Des chercheurs russes sont récemment parvenus à ramener à la vie des animaux microscopiques datant de l’ère glaciaire et ayant été congelés dans le pergélisol sibérien pendant 24 000 ans.

Des êtres microscopiques incroyablement résistants

Minuscules créatures tubulaires, les rotifères bdelloïdes s’avèrent étonnamment résistants. En ce sens, ils ressemblent beaucoup aux tardigrades, à ceci près que les seconds mangent les premiers. Lorsque les conditions deviennent trop froides ou trop sèches pour eux, les rotifères se mettent en boule et se dessèchent, hibernant pendant des mois ou des années jusqu’à ce que les conditions redeviennent plus favorables.

Mais aujourd’hui, ces petites créatures ont battu leur précédent record d’environ 10 ans. Pour cette étude présentée dans la revue Current Biology, les chercheurs ont utilisé la datation au radiocarbone afin de déterminer l’âge de l’échantillon de pergélisol dans lequel ils avaient été récupérés, qui s’est révélé avoir entre 23 960 et 24 485 ans. Comme si cela n’était pas assez impressionnant, les rotifères étaient encore capables de se reproduire via leur processus asexué habituel, appelé parthénogenèse.

Les chercheurs ont examiné de plus près ces rotifères de seconde génération et ont constaté que, bien qu’ils soient très proches des rotifères modernes, ceux-ci se révélaient suffisamment différents pour constituer une nouvelle espèce. Dans un second temps, l’équipe a congelé certaines de ces créatures à -15 °C pendant une semaine. Les rotifères ont ensuite été décongelées et leur réveil scruté, afin de déterminer comment ils pouvaient survivre à des conditions aussi extrêmes.

Séquence montrant un rotifère bdelloïde en train de se nourrir

Alors que la formation de cristaux de glace altère la plupart des formes de vie multicellulaires, les rotifères semblaient capables de protéger leurs cellules et leurs organes de ce type de dommages. Toutefois, la nature exacte des mécanismes de cryopréservation impliqués reste pour l’instant obscure.

Un grand pas en avant

Aussi impressionnant soit ce sommeil de 24 000 ans, les rotifères sont loin de détenir le record en la matière. Des vers nématodes sont revenus à la vie après environ 40 000 ans, tandis que des bactéries ont été ressuscitées après une étonnante période de sommeil de 100 millions d’années. Mais les rotifères sont probablement les créatures les plus complexes de ce club.

« L’idée maîtresse est qu’un organisme multicellulaire peut être congelé et stocké tel quel pendant des milliers d’années, puis revenir à la vie – un rêve pour de nombreux auteurs de fiction », détaille Stas Malavin, chercheur à l’Institut des problématiques physico-chimiques et biologiques de la science du sol en Russie et co-auteur de l’étude.

« Bien sûr, plus l’organisme est complexe, plus il est délicat de le conserver congelé vivant et, pour les mammifères, ce n’est pas possible actuellement. Cependant, passer d’un organisme unicellulaire à un organisme doté d’un intestin et d’un cerveau, bien que microscopique, représente un grand pas en avant. »

Vue latérale rapprochée d’un rotifère bdélloïde — © Michael Plewka

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de