— © Kaltenbrunner et al. / Nature Communications 2022

Une équipe de chercheurs autrichiens a mis au point un minuscule robot souple contrôlé par des forces électromagnétiques. Plus petit qu’un timbre-poste, ce dispositif capable de courir, nager, sauter et tourner pourrait notamment être utilisé à des fin médicales.

Robot mou ultra-rapide

Présenté dans la revue Nature Communications, ce robot est constitué d’un matériau caoutchouteux en forme de U inversé parcouru des fils métalliques. Si l’interaction des courants électriques circulant dans ces derniers avec un champ magnétique externe (produit par un aimant) permet de contrôler ses mouvements, il a également pu effectuer tout un éventail d’actions de façon autonome suite à l’implémentation d’une petite batterie sur son dos.

Lorsqu’il était relié à deux fils de cuivre assurant son alimentation électrique, celui-ci a été en mesure de parcourir 70 fois sa longueur chaque seconde, soit un ratio trois fois plus élevé que celui d’un guépard, et une vitesse 17 fois supérieure à celles des robots mous les plus performants. « Il se déplaçait si rapidement que nous avons été obligés d’acheter une caméra à haute vitesse plus performante pour pouvoir étudier précisément ses mouvements », explique Martin Kaltenbrunner, chercheur à l’université Johannes Kepler et auteur principal de l’étude.

L’équipe a testé deux formes différentes pour les « pattes » du robot, l’une en forme de L et l’autre en forme de dents de scie pour imiter la façon dont les griffes des animaux assurent la traction. « Il nous a fallu plusieurs mois pour trouver le bon design, mais il peut désormais évoluer sur n’importe quelle surface plane comme le caoutchouc, le bois ou le papier », souligne Guoyong Mao, co-auteur de l’étude.

Une potentielle utilisation à des fins médicales

Qu’il soit relié à des fils de cuivre ou équipé d’une batterie, le robot souple peut courir, sauter, enjamber des obstacles, nager, tourner sur lui-même et transporter de petites charges. Selon les auteurs de l’étude, la densité d’énergie élevée le traversant explique en grande partie ses capacités remarquables.

« Notre dispositif peut actuellement fonctionner un peu moins d’une demi-heure lorsqu’il est sur batterie, mais nous travaillons actuellement à améliorer son autonomie », détaille Kaltenbrunner. « Cela permettrait d’exploiter sa vitesse au sein de différents environnements, ouvrant la voie à son utilisation à des fin médicales, pour délivrer des médicaments ou effectuer différentes procédures à l’intérieur du corps humain. »

Ces derniers mois, différentes percées ont été réalisées dans le domaine de la robotique, incluant la mise au point du plus petit robot marcheur télécommandé au monde, des dispositifs imprimés en une seule étape, ou encore d’inquiétants nécrobots.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
ilyes
ilyes
1 mois

n’importe quoi, ceci n’es pas un robot