— © Northwestern University

Une équipe de chercheurs de l’université Northwestern, aux États-Unis, a conçu un minuscule robot crabe, suffisamment petit pour se tenir sur la tranche d’une pièce de monnaie.

Micro-robot

Présenté comme « le plus petit robot marcheur télécommandé jamais créé », ce dispositif de taille millimétrique repose sur une ingénierie innovante, lui permettant de marcher, ramper, tourner, sauter et même se plier. Pour obtenir une telle flexibilité de mouvement, les chercheurs ont utilisé un alliage à mémoire de forme : prenant une forme différente lorsqu’il est chauffé, le matériau retrouve sa configuration initiale lorsqu’il refroidit et qu’une fine pellicule de verre se forme.

En utilisant un faisceau laser pour chauffer des parties spécifiques du robot, il est possible de synchroniser l’actionnement de ses pattes pour qu’il effectue une tâche spécifique (la direction du balayage laser déterminant celle de ses mouvements).

« En raison de la taille minuscule de ces structures, le temps de refroidissement est extrêmement bref », explique John Rogers, auteur principal de la nouvelle étude, parue dans la revue Science Robotics.

Capable de se déplacer à une vitesse moyenne de la moitié de sa longueur par seconde, le robot est fabriqué selon un procédé flexible inspiré des livres pop-up pour enfants. Les précurseurs plats de ses pièces sont collés sur un morceau de caoutchouc légèrement étiré, ce qui leur permet de prendre des formes tridimensionnelles lorsque ce dernier se détend.

Un vaste éventail d’applications potentielles

« Avec ces techniques d’assemblage et ce type de matériaux, nous pouvons construire des robots marcheurs de presque n’importe quelle taille ou forme en trois dimensions », souligne Rogers. « Mais les étudiants se sont sentis inspirés et amusés par les déplacements latéraux des petits crabes. C’était un caprice créatif. »

Si la création du minuscule robot s’est révélée ludique, les applications potentielles de tels dispositifs, capables d’évoluer et d’effectuer des actions complexes dans des espaces étroits, sont on ne peut plus sérieuses.

« Vous pourriez imaginer des micro-robots faisant office d’agents pour réparer ou assembler de petites structures ou des machines dans l’industrie ou d’assistants chirurgicaux pour déboucher des artères, stopper des hémorragies internes ou éliminer des tumeurs cancéreuses, le tout dans le cadre de procédures peu invasives », conclut Rogers.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments