— NothingIsEverything / Shutterstock.com

Si les cellules solaires au silicium utilisées aujourd’hui s’appuient sur l’argent, une startup australienne a récemment démontré que le cuivre pourrait constituer une solution plus durable.

Des alternatives indispensables

Afin de limiter le réchauffement climatique, le monde se tourne de plus en plus vers les énergies renouvelables, et la demande pour les cellules photovoltaïques ne devrait faire qu’augmenter au cours des prochaines décennies. C’est pourquoi il est aujourd’hui indispensable de trouver des alternatives efficaces à l’argent.

Malgré l’émergence de nombreux concurrents prometteurs, les cellules en silicium cristallin s’appuyant sur ce métal précieux pour conduire l’électricité dominent actuellement l’industrie solaire (elles représentent environ 95 % de toutes les installations). Mais cela pourrait bientôt changer. L’entreprise australienne SunDrive conçoit actuellement une alternative utilisant du cuivre. Se révélant environ 100 fois moins cher que l’argent et étant également beaucoup plus abondant, celui-ci a permis aux cellules solaires au silicium testées d’atteindre une efficacité record de 25,54 %.

« Nous essayions depuis de nombreuses années de démontrer que le cuivre était une alternative économiquement viable et durable à l’argent, mais n’avions jamais réussi à convaincre totalement l’industrie », explique Alison Lennon, professeur à l’université de Nouvelle-Galles du Sud et conseillère de SunDrive. « Ce record mondial pourrait vraiment changer la donne. »

Une avancée notable pour l’industrie photovoltaïque

Les performances des cellules solaires au cuivre de SunDrive leur permettent de détrôner les dispositifs de la société chinoise Longi, qui détenaient jusqu’à présent le record mondial d’efficacité (25,26 %) dans le domaine des cellules solaires au silicium de taille commerciale.
Bien que d’autres solutions expérimentales au silicium aient offert des résultats supérieurs en laboratoire, atteindre une telle efficacité avec des dispositifs « exploitables » constitue une avancée notable pour l’industrie photovoltaïque.

« Afin de limiter le réchauffement climatique, nous devrons installer des térawatts de panneaux solaires », estime Lennon. « Cela nécessitera beaucoup de métal. L’argent est une ressource limitée et, comme il devient de plus en plus rare, son prix va augmenter, de sorte que le coût de production des modules solaires augmentera également. L’extraction de l’argent à partir de minerais de moindre qualité produit également plus d’émissions, ce qui aggrave le problème. »

« Le cuivre est une ressource beaucoup plus disponible, moins chère et également plus facile à recycler, ce qui contribuera largement à la durabilité de ce type de cellules solaires », conclut la scientifique.

2
COMMENTEZ

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
MO3359Auzarmes Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Auzarmes
Invité
Auzarmes

Le photovoltaïque va finir par s’imposer comme source bon marché et abondante d’énergie électrique ! Le dernier problème à résoudre est le stockage à grande échelle de l’énergie produite …

MO3359
Membre
MO3359

Comme quoi, il faut croire en l’Homme et en la science pour trouver des solutions face aux changements climatiques.