Et si ces chercheurs d’Harvard avaient enfin trouvé la solution contre le réchauffement climatique ?

Des scientifiques d’Harvard prévoient de réaliser une expérience étonnante dès 2019 afin de réduire l’impact du réchauffement climatique : disperser un composé chimique dans la stratosphère qui réfléchira une partie du rayonnement solaire vers l’Espace. Explications.

 

Réfléchir les rayons du soleil vers l’Espace

Depuis de nombreuses années, les scientifiques évoquent l’idée de libérer un composé chimique dans la stratosphère, dont les propriétés particulières permettraient de détourner une partie du rayonnement solaire vers l’Espace. Si ce procédé peu coûteux (environ 2 milliards de dollars par an) peut paraître étonnant au premier abord, il permettrait de lutter efficacement contre le changement climatique en limitant la hausse globale des températures. Selon Zhen Dai, chercheur à Harvard : « Toutes les solutions permettant de lutter contre le réchauffement climatique méritent d’être explorées ».

Dès 2019, un groupe de chercheurs de l’Université de Harvard réalisera un essai qui pourrait leur fournir des données cruciales sur les risques et les bénéfices potentiels du déploiement d’une telle solution de géo-ingénierie à très grande échelle. Il consistera à libérer du carbonate de calcium dans la stratosphère à l’aide d’un ballon-sonde. Les résultats de leurs recherches ont été présentés dans la revue scientifique Nature.

 

Une solution controversée

Lorsque le ballon-sonde aura atteint la stratosphère, il libèrera environ 100 grammes de carbonate de calcium (composé majeur des calcaires comme la craie et le marbre), qui aurait selon les simulations réalisées par les chercheurs l’avantage de rester en suspension dans l’air pendant des années et de réfléchir une bonne partie du rayonnement solaire vers l’Espace. Un système d’imagerie laser embarqué par le ballon permettra ensuite d’observer comment les particules se dispersent.

Les données obtenues permettront aux scientifiques de voir comment le carbonate de calcium se comporte en conditions réelles et de réaliser de nouvelles simulations plus fiables qui les renseigneront sur l’effectivité d’une telle méthode déployée à très grande échelle. Cette technique de géo-ingénierie est toutefois loin de faire l’unanimité, beaucoup de scientifiques la considérant comme une solution de fortune traitant les symptômes du réchauffement climatique plutôt que ses causes (les émissions de CO2).


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux