Athribis

La pyramide d’Athribis était un ancien monument égyptien situé dans la ville d’Athribis, dans le delta du Nil en Égypte. Athribis a été fondée à l’époque pharaonique et ses habitants y sont restés pendant la période ptolémaïque, romaine et byzantine. Malheureusement, la pyramide d’Athribis n’a pas survécu au temps et il reste très peu de vestiges. En dépit de la destruction de ce monument, les fouilles archéologiques menées sur le site ont permis d’en découvrir quelques-uns.

La découverte de la pyramide d’Athribis

Une mission scientifique menée par Napoléon Bonaparte vers la fin du XVIIIe siècle est à l’origine de la découverte de la pyramide d’Athribis. Cette équipe de savants de l’Institut de France comprenait des géologues, des cartographes, des ingénieurs, des chimistes, des mathématiciens, des artistes et des membres de la Commission des sciences et des arts.

Plus tard, leurs recherches ont été publiées dans la Description de l’Égypte. Ce recueil de publications répertorie de manière exhaustive tous les aspects connus de l’Égypte ancienne et moderne. On y trouve des articles sur l’architecture, l’agriculture, le langage, la musique, les costumes, la médecine, l’histoire naturelle et une cartographie détaillée du pays.

En 1938, une équipe de l’université de Liverpool menée par Alan Rowe a aussi entrepris des recherches sur le site. Malheureusement, le temps était contre eux, les empêchant de mener leurs recherches sur la pyramide jusqu’à la fin. Cette équipe a cependant noté l’importance de ce monument, qui est la plus septentrionale d’Égypte et le seul exemple connu situé dans le delta du Nil.

Athribis

Ce que l’on sait de cette pyramide

La pyramide d’Athribis comptait parmi les huit provinciales de l’Égypte ancienne. Ces édifices se caractérisent par leur petite taille. Contrairement aux autres pyramides de cette époque, celles-ci ne mesuraient que 10 à 17 mètres de haut. De plus, elles n’auraient pas servi de tombeaux. Elles marquaient aussi la présence de pharaons dans des contrées parfois lointaines du pouvoir central. Des Égyptiens s’y rendaient également pour des cultes.

Il n’existe que très peu d’informations sur la pyramide d’Athribis. Quant à son constructeur, on hésite entre le pharaon Houni, à la fin de la IIIe dynastie, ou le pharaon Snéfrou, au début de la IVe dynastie. Elle avait une base carrée de 20 mètres de côté, ce qui est tout à fait comparable aux autres pyramides provinciales égyptiennes. La hauteur initiale de cet édifice en briques d’argile n’a jamais pu être déterminée étant donné qu’elle a disparu.

Athribis

De nombreux artefacts découverts

Les fouilles archéologiques à Athribis ont aussi été à l’origine d’autres découvertes, dont le temple principal de la ville dédié au dieu guerrier Horus. Cette infrastructure abritait une grande cour, une salle hypostyle et une salle du sanctuaire. Des statues et des stèles ont également été retrouvées dans le temple.

Des tombes de personnalités importantes de la ville, comme le prêtre Horudja et le gouverneur Padihor, comptaient aussi parmi les découvertes. Les Égyptiens de l’époque les avaient décorées de peintures murales, de reliefs et de sculptures. Les sépultures contenaient souvent des offrandes funéraires telles que des bijoux et des figurines.

Plusieurs statues dont une en granit rouge, représentant le pharaon Ramsès II et une statue en bronze de l’empereur romain Caracalla, se trouvaient également sur les lieux. Les archéologues disent être tombés sur de merveilleux bijoux en or, en argent et en pierres précieuses dans les tombes et les temples d’Athribis. Certains bijoux étaient ornés de motifs égyptiens traditionnels tels que des scarabées et des motifs d’œil d’Horus.

Pour aller plus loin, voici 10 faits surprenants sur l’Égypte ancienne.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments