puits sacré
— Andrea Raffin / Shutterstock.com

Sur le haut plateau basaltique d’Abbasanta, au milieu d’une forêt de chênes-lièges et d’oliviers, se trouve le site archéologique de Santa Cristina. Le complexe se situe dans la région de Campidano, sur l’île de Sardaigne en Italie. Il est composé de plusieurs structures, dont le puits sacré de Santa Cristina qui est l’un des plus impressionnants.

Une structure de pierres fascinante

Le site archéologique comprend deux zones, une au nord-est et une autre au sud-est. Le puits sacré de Santa Cristina est au nord-est. L’histoire raconte que le monument a été bâti avec des blocs de basalte suivant la culture nuragique pour célébrer le culte de l’eau. Certains affirment que ce site antique abrite le plus impressionnant travail de pierre sculptée avec précision de la Méditerranée. Les recherches indiquent qu’il date de la période du bronze final, entre le XIIe et le XIe siècle av. J.-C., mais aujourd’hui les visiteurs peuvent encore admirer sa beauté.

Le puits de Santa Cristina comporte trois éléments majeurs construits et ciselés avec une incroyable précision. Il s’agit de l’atrium, de la cage d’escalier et de la chambre hypogée. L’atrium est la première partie du complexe que les visiteurs voient en arrivant sur le site. Il est constitué d’un espace ouvert et carré, bordé par des murs en pierre. Au centre de l’atrium se trouve une plateforme circulaire, où la civilisation nuragique aurait peut-être effectué des offrandes religieuses.

La cage d’escalier est un passage étroit qui mène de l’atrium à la chambre hypogée. La cage d’escalier a été construite en pierre sèche, ce qui signifie qu’elle a été construite sans mortier ni ciment. Elle comprend deux escaliers en colimaçon qui se croisent, permettant aux visiteurs de descendre dans la chambre hypogée.

La chambre hypogée est la partie la plus impressionnante du puits sacré de Santa Cristina. Elle est creusée dans le sol et recouverte par une voûte en pierre en forme de dôme. La chambre mesure environ 3 mètres de haut et 5 mètres de diamètre. Au centre de la chambre se trouve le puits, qui mesure environ 20 mètres de profondeur et 1,50 mètre de diamètre. Les parois du puits sont en pierre taillée avec des rainures en spirale.

Les mystérieux constructeurs du puits sacré de Santa Cristina

Ce puits sacré, construit avec une incroyable connaissance de la géométrie, de l’ingénierie et de l’astronomie, a été érigé par une mystérieuse civilisation : les Nuragiques. Ils sont connus pour leur architecture monumentale, notamment les nuraghes, des structures en pierre en forme de tour qui ont été construites dans toute l’île. Le puits sacré de Santa Cristina est l’un des nombreux exemples de la sophistication technique et architecturale de cette culture. Malheureusement, nous ne connaissons pas grand-chose de la façon dont ils ont réussi à ériger des monuments. Aucune trace écrite n’explique les formules mathématiques et géométriques utilisées pour ces constructions. Les seuls documents écrits qui mentionnent la civilisation nuragique proviennent de la littérature romaine et grecque.

S’abonner
Notifier de
guest

4 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Hannibal
Hannibal
10 mois

Marrant, on dirait une serrure avec le tracé du muret autour de l’escalier…

La précision/la finesse est impressionnante en tout cas.

Marc Rosentaub
Marc Rosentaub
10 mois

A mon avis l’hypogée devait servir de caveau ou bien de salle de prière religieuse. Périlleux la descente par l’escalier.