stonehenge
— Gary Kanz Jr / Shutterstock.com

Le réexamen approfondi d’artefacts trouvés dans une sépulture découverte il y a plus de deux siècles près de Stonehenge a permis la mise en évidence d’infimes traces suggérant que le défunt était un orfèvre qualifié.

La trousse à outils d’un orfèvre

Réalisées en 1802, les fouilles initiales de ce tumulus de l’âge du bronze situé près d’Upton Lovell, dans le Wiltshire, avaient conduit à la découverte de divers artefacts spectaculaires composés d’ossements d’animaux percés, indiquant que l’individu était probablement un chaman. Si d’autres objets, incluant des silex taillés et un poinçon, avaient également été mis au jour, ceux-ci avaient comparativement bénéficié de peu d’attention de la part des archéologues.

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Antiquity, Oliver Harris et ses collègues de l’université de Leicester se sont appuyés sur les dernières technologies disponibles afin d’en apprendre davantage sur ces objets et leur fonction.

L’analyse microscopique a révélé des traces d’or (d’une composition similaire aux exemples connus de l’âge du bronze) sur cinq des outils en pierre, ainsi que d’infimes marques d’usure indiquant que ces derniers avaient été utilisés pour marteler et polir le métal précieux. Selon l’équipe, les feuilles d’or obtenues auraient probablement recouvert des artefacts en jais, ambre ou bois. Les silex auraient de leur côté servi à mélanger des résines et des adhésifs, et le poinçon utilisé pour réaliser différents types de perforations et motifs.

— © Crellin et al. / Antiquity 2022

« On pense que les artefacts trouvés dans la sépulture, associés à la culture du Wessex [s’étant développée dans la région après la construction de Stonehenge], datent de 1850 à 1700 avant J.-C. », explique Harris. « Cet orfèvre était définitivement une personne à part, à en juger par son accoutrement, très différent de celui de la plupart de ses contemporains. »

Quatre haches néolithiques

Fait intrigant, le mobilier funéraire comprenait également quatre haches néolithiques (qui avaient donc déjà plusieurs milliers d’années lorsqu’elles ont été enterrées avec l’orfèvre), dont l’analyse minutieuse a révélé qu’elles avaient également été utilisées pour travailler l’or durant l’âge du bronze.

« J’aimerais savoir s’il s’agissait d’objets transmis de génération en génération, ou s’ils s’étaient déposés dans des rivières et avaient été trouvés à côté des galets utilisés pour créer ces autres outils de pierre, voire à côté de l’or lui-même », explique Harris.

« Lors de la récente exposition World of Stonehenge au British Museum, le public avait été sidéré par l’incroyable orfèvrerie britannique vieille de 4 000 ans », souligne Rachel Crellin, auteure principale de l’étude. « Nos analyses ont révélé l’humble trousse à outils en pierre qui était utilisée pour fabriquer de tels objets il y a des millénaires. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments