Ces algues destructrices prolifèrent si vite qu’une zone de la taille du Mexique est déjà infestée

Une efflorescence d’algues de la taille du Mexique est apparue dans la mer d’Arabie. Si ce n’est pas la première fois que cela se produit durant les mois d’hiver, la floraison s’étend aujourd’hui depuis les rivages d’Oman vers l’Inde et le Pakistan à l’est, faisant virer les vagues au vert, selon un biologiste de la NASA. Et ce n’est pas un bon signe pour l’écosystème local.

Quelle est l’origine de ce phénomène ?

Alors que ces proliférations d’algues peuvent sembler jolies depuis l’espace ou la nuit, elles peuvent avoir de graves conséquences. Si ces algues dissuadent les touristes de visiter les plages locales, leurs fleurs peuvent déclencher la libération de l’ammoniac, ce qui peut empoisonner la vie marine à proximité. Cette floraison de la taille du Mexique se forme désormais deux fois par an dans la mer d’Oman, et les images satellites de la NASA montrent qu’elle est en croissance.

La prolifération des algues est causée par le Noctiluca scintillans, un micro-organisme unicellulaire appartenant au groupe des dinophytes. Ces étranges organismes eucaryotes se nourrissent de plancton et absorbent l’énergie du Soleil par l’intermédiaire d’algues microscopiques vivant dans leurs cellules. Dans un écosystème marin typique, ils ne constituent qu’une petite partie de la chaîne alimentaire. Mais lorsqu’il y a une accumulation de plancton, ils peuvent former des fleurs en masse et commencer à dominer la zone locale. Et ce n’est pas de bon augure pour l’environnement.

Noctulica Scintillans

Un organisme nocif pour l’écosystème marin

 » Quand la cellule se dissipe, l’ammoniac est libéré, et la floraison massive peut devenir un nuage mortel « , a déclaré l’auteur et biologiste Lisa Gershwin à Business Insider en 2015, quand une floraison semblable s’est produite au large de la Tasmanie en Australie.

Ce phénomène a une réelle incidence sur la qualité de l’eau, il devient alors dangereux de pêcher. Dans des cas extrêmes, cela peut causer la mort des poissons. C’est une menace massive pour l’industrie locale, car la pêche nourrit environ 120 millions de personnes vivant à la frontière de la mer d’Oman. Toutefois, le plus préoccupant est que ces fleurs de dinophytes n’étaient que très peu observables ces dix dernières années. Aujourd’hui, elles sont de plus en plus courantes de part et d’autre du globe, particulièrement dans la mer d’Arabie.

Norman Kuring/NASA

Un environnement favorable à son développement

 » Il est inhabituel pour le Noctiluca de fleurir en pleine mer et de revenir année après année « , a déclaré Andrew Juhl, un microbiologiste de l‘Université de Columbia Lamont-Doherty en 2014.  » Toutes ces observations suggèrent que quelque chose de dramatique a changé dans la mer d’Arabie.  »

Une équipe distincte de l’Université de Columbia a démontré que les dinophytes sont devenus plus courants dans la région en raison d’un phénomène d’hypoxie, ou manque d’oxygène. Après avoir surveillé la croissance des proliférations d’algues pendant trois ans entre 2009 et 2012, ils ont trouvé une zone morte de la taille du Texas dans la mer du nord de l’Arabie, région où les polluants de l’activité humaine ont appauvri les niveaux d’oxygène.

Selon les chercheurs, la croissance rapide dans la région au cours des 30 dernières années en serait la cause, dont l’augmentation du ruissellement des eaux usées véhiculent des produits chimiques tels que l’azote et le phosphore. Si ces conditions sont toxiques pour beaucoup d’espèces marines, elles sont idéales pour le plancton dont le Noctiluca Scintillans se nourrit.

Norman Kuring/NASA and USGS

Vers une multiplication des zones mortes ?

Auparavant, des organismes appelés diatomées appuyaient la chaîne alimentaire de la mer d’Oman. Mais au début des années 2000, de vastes proliférations de Noctiluca Scintillans ont commencé à s’accumuler, et le nombre de diatomées dans la région a fortement baissé.  » En une décennie, Noctiluca a pratiquement remplacé les diatomées à la base de la chaîne alimentaire, marquant le début d’un changement colossal de l’écosystème « , explique un communiqué de la Columbia University.

On craint que les proliférations d’algues ne produisent une autre chaîne alimentaire, avec plus de méduses et de tortues marines, mais moins de poissons prédateurs. La mer d’Arabie n’est pas le seul endroit souffrant. Cependant, comme le changement climatique augmente la température de l’océan autour de la planète, non seulement les proliférations d’algues deviennent plus communes, mais finissent par devenir des zones mortes. En effet, le réchauffement des températures océaniques dans le monde entier draine les éléments nutritifs du plancher océanique, ce qui exacerbe le problème.

Une étude réalisée en 2008 a révélé que, globalement, les zones mortes ont doublé de taille chaque décennie et couvrent maintenant plus de 153 000 kilomètres carrés des océans de la planète. Espérons simplement que les chercheurs trouveront un moyen de gérer le problème avant que tous nos océans n’étouffent.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux