― AntGor / Shutterstock.com

D’après l’association de défense des consommateurs Foodwatch, certains aliments courants seraient nocifs pour la santé. Un produit alimentaire sur huit serait contaminé par des hydrocarbures aromatiques d’huiles minérales, également appelés MOAH.

Une centaine de produits alimentaires testés en laboratoire

Foodwatch tire la sonnette d’alarme : un produit alimentaire sur huit est contaminé par des hydrocarbures en Europe. Pour parvenir à cette conclusion, Foodwatch s’est basée sur des tests effectués dans deux laboratoires. Ceux-ci ont notamment testé 152 produits achetés en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche et en Belgique. D’après les résultats, 19 d’entre eux sont contaminés par les MOAH.

L’association de défense des consommateurs souligne que les hydrocarbures aromatiques d’huiles minérales sont dangereux pour la santé, mais invisibles à l’œil nu. Il s’agit de « la catégorie la plus toxique de ces dérivés de pétrole, potentiellement cancérogènes, mutagènes et perturbateurs endocriniens ».

Les cubes de bouillon Knorr contiendraient une quantité particulièrement importante de MOAH : 44 mg/kg de MOAH, alors que le seuil fixé par la Commission européenne est de 1 mg/kg.

― pio3 / Shutterstock.com

Des MOAH dans les laits infantiles

Foodwatch révélait dans une enquête datant de 2015 que six produits testés en France sur dix présentaient un risque cancérigène lié aux MOAH (riz, lentilles, couscous et autres). En outre, une autre enquête datant de 2019 démontrait que sur seize laits pour bébé commercialisés en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, huit contenaient des quantités préoccupantes de MOAH.

Suite à ces nouvelles révélations, Foodwatch demande une mise à jour de la réglementation sur ces substances nocives pour la santé. L’association pense qu’ils devraient tout simplement être interdits. « Ces substances dangereuses n’ont pas leur place dans nos assiettes. Or à chaque fois que nous testons des aliments, nous trouvons ces MOAH en quantité inquiétante : les fabricants qui prétendent accorder la plus grande attention à la sécurité de leurs produits ne sont pas en mesure de garantir l’absence de ces contaminants toxiques. Le problème est mondial et européen. Et la solution est politique : il faut une réglementation de toute urgence pour protéger les consommatrices et consommateurs », a déclaré Karine Jacquemart, directrice de Foodwatch France.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments