Le piratage de données hébergées dans le cloud

Depuis quelques années, les offres « cloud » et les services en ligne se multiplient. On peut citer par exemple Office 365, pour travailler en ligne sur Word et Excel, la messagerie instantanée Skype, mais aussi les différents serveurs privés ou mutualisés comme DropBox ou encore la plateforme d’Amazon : AWS. En 2018, ces services ont gagné 33 % de nouveaux utilisateurs. Alors, évidemment, le volume de données hébergées en ligne, dans le « nuage », explose !

Cependant, McAfee révélait dans un précédent rapport que 21 % des données dans le cloud sont de nature sensible, notamment la propriété intellectuelle, les informations clients et les données à caractère personnel. C’est donc une mine d’or pour les pirates qui vont certainement s’y intéresser beaucoup plus en 2019 ! Pour rappel, l’authentification multifacteur à un service, comme la double authentification de Twitter, permet de se protéger efficacement du piratage des données en ligne.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de