préservatifs
― Purple Anvil / Shuttersock.com

Emmanuel Macron a annoncé la gratuité des préservatifs masculins en pharmacie pour les moins de 25 ans. Le gouvernement avait déjà annoncé la gratuité de la contraception pour toutes les femmes jusqu’à 25 ans.

En déplacement à Fontaine-le-Comte, dans la Vienne, Emmanuel Macron a annoncé, ce jeudi 8 décembre, lors d’une session du Conseil national de la refondation (CNR), consacré à la santé des jeunes, la gratuité des préservatifs masculins en pharmacie, initialement pour les 18-25 ans puis, vendredi 9 décembre, cette décision a été étendue aux mineurs, suite aux demandes des associations. Ce dispositif entrera en vigueur le 1er janvier 2023. Le chef de l’État s’est félicité d’une « petite révolution de prévention ». Le président a expliqué son choix d’étendre la gratuité aux mineurs. « Banco, nous le faire », s’exclame-t-il sur Twitter.

Certains préservatifs masculins sont déjà remboursables par l’Assurance maladie, « à hauteur de 60 % sur prescription d’un médecin ou d’une sage-femme », comme le précise le site Ameli.fr. Il s’agit des marques « Eden » et « Sortez couverts ! », et ce, depuis le 10 décembre 2018. Toutefois, ce dispositif « est encore méconnu, notamment de la population jeune », a expliqué l’Élysée auprès de TF1 et LCI. Une méconnaissance dangereuse alors que les infections sexuellement transmissibles (IST) sont en hausse de 45 % chez les hommes de 15 à 29 ans entre 2017 et 2019.

Le président a également mis l’accent sur la prévention, notamment sur l’éducation à la sexualité des plus jeunes. « Nous ne sommes pas bons sur ce sujet. La réalité est très très loin de la théorie. On doit reformer beaucoup mieux nos enseignants sur ce sujet, on doit resensibiliser. » Il a également évoqué la possibilité de rendre les vaccins contre les papillomavirus obligatoires pour les adolescents. « Moi je n’exclus pas qu’on aille vers la vaccination obligatoire quand tout cela sera installé et qu’on aura les bonnes recommandations. »

La contraception est déjà gratuite pour les femmes de moins de 26 ans depuis le 1er janvier 2022 (à l’exception des crèmes spermicides, patchs, anneaux vaginaux, pilules de 3e et 4e générations, préservatifs féminins et, jusqu’au 1er janvier 2023, des préservatifs masculins). Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit par ailleurs de rendre gratuite la contraception d’urgence pour toutes les femmes, cette fois, ainsi que le dépistage de certaines IST, gratuitement pour les moins de 26 ans, et sans ordonnance pour tous.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments