― stesilvers / Shutterstock.com

Des chercheurs danois indiquent dans une nouvelle étude que les poules d’élevage sont très nombreuses à présenter des fractures osseuses. En cause, la course à la productivité. Les poules pondent notamment de trop gros œufs pour leur taille. Cette nouvelle choquante ne devrait pas manquer de faire réagir les défenseurs du bien-être animal.

Des fractures douloureuses et difficiles à guérir

85 % des poules d’élevage souffrent de fractures, selon une étude publiée dans la revue Plos One. Les chercheurs du Département des sciences vétérinaires et animales de l’université de Copenhague indiquent que 85 % des poules d’élevage présentent des fractures du bréchet, car elles pondent des œufs trop gros. Avant d’avancer cette conclusion, ces derniers ont examiné près de 4 800 poules dans 40 élevages différents.

En France, les défenseurs du bien-être animal dénoncent très régulièrement les conditions de vie des poules entassées dans des cages. Cependant, ce nouveau problème n’est pas lié à ces conditions, étant donné qu’il concerne également les poules élevées en plein air. Même en ayant un espace de vie suffisant et une bonne alimentation, les poules présentent toujours des fractures osseuses.

— C.Lotongkum / Shutterstock.com

Elles pondent de plus en plus tôt alors que leur corps n’est pas encore développé

« Une poule sauvage pond environ 20 œufs par an, tandis qu’une poule pondeuse moderne produit environ 320 œufs par an. La ponte exerce une telle pression sur les poules qu’elle entraîne des fractures osseuses », expliquent les auteurs de l’étude. Les éleveurs sélectionnent les poules les plus petites pour qu’elles occupent le moins de place possible. Cependant, ils cherchent également à obtenir des œufs toujours plus gros.

Les chercheurs soulignent que plus les œufs sont gros et plus la poule est petite, plus les fractures sont importantes. D’après leurs calculs, le risque de fracture augmente de 3 % pour chaque gramme de poids en plus des œufs au début de la ponte.

Une étude datant de l’année dernière vient appuyer ces conclusions. Celle-ci indique que 88 % des poules d’élevage présentent une déformation du bréchet-sternum en raison des croisements génétiques. En plus de cela, la ponte des œufs arrive de plus en plus tôt alors que le développement du corps des poules n’est pas encore terminé. Enfin, les scientifiques indiquent qu’une carence en calcium provoque également les fractures. Actuellement, les poules pondeuses pondent autour de 16 semaines, alors qu’elles ne devraient pas le faire avant d’atteindre 35 semaines.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de