La Grande Barrière de corail nous offre un très beau trésor marin. En effet, un rare régalecidé y a été filmé. Explications.

C’est à l’occasion d’une excursion de plongée avec tuba au niveau de la Grande Barrière de corail que la biologiste marine Jorja Gilmore a repéré ce rare régalecidé, allongé et fin comme une feuille A4. Pour identifier ce spécimen, elle a fait appel à Tahn Miller, maître guide du récif, comme l’a rapporté l’Australian Broadcasting Corporation (ABC). 

« Au début, je n’arrivais pas à déterminer de quelle espèce de poisson il s’agissait, mais ensuite j’ai vu le corps brillant de couleur mercure, les deux yeux prédominants et la nageoire dorsale ultra-fine courant tête-bêche, ondulant comme des mini-vagues se propulsant dans l’eau », a expliqué à 9News Tahn Miller. « Je savais que nous étions tombés sur quelque chose de rarement vu sur la Grande Barrière de corail. Heureusement, j’avais ma caméra et j’ai tout de suite commencé à filmer. » 

C’est finalement Tyson Roberts, ancien associé de recherche au Smithsonian Tropical Research Institute au Panama et expert du régalecidé, qui a confirmé que le poisson est un jeune Regalecus russelii, une espèce de régalecidé souvent insaisissable et que l’on trouve dans les profondeurs de l’océan. « C’est le premier enregistrement de cette espèce sur la Grande Barrière de corail et sur la côte est de l’Australie », a déclaré à ABC Tyson Roberts. 

L’expert concluant : « Il y a eu d’autres régalecidés enregistrés dans le sud-est de l’Australie, mais il s’agit de l’espèce Regalecus glesne, qui vit dans l’eau froide et a deux crêtes de nageoire dorsale au-dessus de la tête, différente de l’individu repéré à Opal Reef. C’est incroyable que l’océan ait encore des secrets à révéler, juste au moment où vous pensez avoir tout vu, la magie opère. Il y avait environ 40 personnes dans l’eau ce jour-là et nous avons tous eu beaucoup de chance de vivre cette découverte. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments