C’est un cruel paradoxe qui a été révélé par 6 associations humanitaires : les personnes les plus pauvres ont moins de chances d’accéder à un logement social. Une contradiction avec le principe d’égalité qui est pourtant le fer de lance de notre contrat social républicain.

Une inégalité des chances face au logement

C’est un triste constat mené par 6 organisations humanitaires (Fondation Abbé Pierre, Secours Catholique, ATD Quart Monde, Solidarités Nouvelles pour le Logement, Habitat et Humanisme) : les personnes en plus grande situation de précarité ont moins de chances de trouver un logement social. L’enquête, publiée le 11 juin, a été menée grâce aux données extraites du système national d’enregistrement de la demande de logement social, ainsi que de l‘analyse des dossiers de 96 ménages.

Les résultats de l’étude sont pour le moins éloquents : une personne seule qui touche entre 342 € et 513 € par mois a ainsi 30 % de chances en moins de se voir attribuer un logement social qu’une personne au Smic. Pourquoi une telle inégalité ? Comme le rappelle Manuel Domergue, directeur des études à la Fondation Abbé Pierre : « Il ne faut pas penser que les cinq millions de HLM en France n’accueillent pas de pauvres. Mais il y a des trous dans la raquette pour les plus précaires. »

— Dalibor Sevaljevic/Shutterstock.com

La crainte des bailleurs sociaux en grande partie responsable

Une telle situation peut en partie s’expliquer par les bailleurs sociaux, qui craignent des impayés de loyer s’ils acceptent des personnes avec des revenus trop instables. Ce sont bien souvent eux qui ont le dernier mot en matière d’attribution des logements. Des réalités moins avouables peuvent également entrer en jeu : l’origine ethnique des demandeurs de logements peut également être un motif de refus, comme l’explique Le Monde. “Avec un Comorien, c’est toute la famille qui arrive”, sont des choses qui peuvent être entendues dans ce sujet.

Comme le rappelle Le Monde, une loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion obligeait Action Logement à réserver un quart de ses attributions aux publics prioritaires. Or, cela n’a jamais été mis en place. Pierre Madec, spécialiste des questions de logement à l’OFCE, explique que l’une des raisons de cette inégalité peut également s’expliquer par un « manque d’offre de logement HLM abordable », ainsi que les coupes budgétaires d’État dans les logements sociaux.

De plus, comme le rappelle France Inter, la loi égalité et citoyenneté, qui fixait à 25 % la part de logements qui devait être attribuée aux ménages les plus modestes dans les quartiers qui ne sont pas classés comme prioritaires ou défavorisés, n’est pas appliquée. Cela a pour conséquences des logements sociaux en moins, et plus de personnes qui ne parviennent tout simplement pas à se loger.

3
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
de simple bon sens !DanielR Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
DanielR
Membre
DanielR

Ce fait n’est pas nouveau: ce qui est actuellement plus que jamais d’actualité, c’est l’augmentation du nombre de personnes concernées par la pauvreté. Dans la mesure où le logement social est lié à un mode de financement qui implique un équilibre des comptes pour en assurer la pérennité (entretien des… Lire la suite »

de simple bon sens !
Invité
de simple bon sens !

En Belgique …. l’accès aux logements sociaux est, à juste titre, conditionné à la non propriété de biens immobiliers … cela me semble absolument normal …. Et bien, des études montrent que une majorité de ces locataires sociaux ( principalement les « qui vous savez »(!)) sont, en fait, propriétaires de biens… Lire la suite »