― Nelson Antoine / Shutterstock.com

Cela fait maintenant dix-sept mois que le monde lutte contre la pandémie de Covid-19. D’après l’Organisation des Nations unies, cent millions de travailleurs et travailleuses en plus ont plongé dans la pauvreté au cours de cette période. Malheureusement, cette situation risque de se prolonger.

La pandémie n’est pas juste un problème de santé

Le Covid-19 a plongé 100 millions de travailleurs supplémentaires dans la pauvreté. L’Organisation internationale du travail indique que l’emploi ne devrait pas retrouver son niveau d’avant la pandémie avant 2023. Fin 2021, il y aura encore soixante-quinze millions d’emplois de moins que s’il n’y avait pas eu la crise sanitaire ayant fait plus de trois millions de morts. Et, fin 2022, l’on comptera encore 23 millions d’emplois de moins que si la pandémie n’avait pas eu lieu.

D’après Guy Ryder, patron de l’Organisation internationale du travail, « se remettre du Covid-19 n’est pas seulement un problème de santé. Il faudra aussi surmonter les dégâts sévères causés aux économies et aux sociétés. » Il explique qu’en l’absence d’un effort pour accélérer la création d’emplois décents, le soutien des membres les plus vulnérables de la société et la reprise dans les secteurs économiques les plus touchés, les effets de la pandémie pourraient durer plusieurs années.

— Halfpoint / Shutterstock.com

Un déficit d’emplois et d’heures de travail

Les statistiques de l’Organisation internationale du travail indiquent que 205 millions de personnes devraient être sans emploi en 2022. Cependant, la situation serait bien pire que ce qu’indiquent ces statistiques à cause de la réduction du nombre d’heures travaillées. L’année dernière, 8,8 % des heures travaillées se sont notamment évaporées par rapport au dernier trimestre 2019. Cela équivaut à 255 millions d’emplois à temps plein.

Même dans l’éventualité où certaines régions du monde connaitront une reprise économique, il y aura toujours un déficit de 100 millions d’emplois à temps plein en fin d’année 2021. « Ce déficit d’emplois et d’heures de travail vient s’ajouter aux hauts niveaux de chômage, du sous-emploi et des mauvaises conditions de travail » qui étaient déjà présents avant la crise sanitaire.

La situation de l’emploi devrait s’améliorer au cours du second semestre de cette année. Cependant, la reprise sera inégale en raison du fossé qui sépare les pays riches et les pays moins riches. La pandémie a réduit à néant cinq ans de progrès. Il sera ainsi difficile pour certains pays de redresser leur situation économique.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de