mars opale
— Artsiom P / Shutterstock.com

Le rover Curiosity a découvert des dépôts d’opale sur Mars, qui pourraient potentiellement être exploités afin de fournir une source d’eau aux futures missions humaines sur la planète rouge.

Des dépôts d’opale à la surface de Mars

L’opale se forme lorsque l’eau altère des roches riches en silice, formant une solution qui se dépose dans les fissures et les crevasses de la roche. Au fil du temps, cette solution durcit pour former un bloc solide pouvant s’avérer trouble et terne ou au contraire présenter une couleur éclatante. Si les principaux gisements actuellement exploités se concentrent en Australie et en Éthiopie, une nouvelle source beaucoup plus lointaine vient d’être découverte : Mars.

Dans le cadre de travaux publiés dans le Journal of Geophysical Research : Planets, des chercheurs de l’université d’État d’Arizona ont rééxaminé d’anciennes images recueillies par Curiosity, révélant la présence de dépôts minéraux de couleur claire autour de halos de fracture parcourant la surface martienne, ainsi que les données issues d’analyses d’échantillons de roches in situ.

Il s’est avéré que ces dernières étaient principalement constituées de silice et d’eau, ingrédients de base de l’opale. Selon l’équipe, la constance de cette composition dans les différentes veines explorées par Curiosity au cours de sa mission, ainsi que la mise en évidence antérieure de grandes taches pâles similaires dans plusieurs régions martiennes par le Mars Reconnaissance Orbiter, renforcent l’idée que ce matériau soit nettement plus répandu que prévu sur la planète rouge.

mars
Roches de couleur claire entourant les « halos » de fracture martiens (indiqués par des lignes pointillées) — © Malin Space Science Systems / NASA / JPL-Caltech

Des implications majeures

Bien évidemment, la découverte des dépôts d’opale sur Mars n’est pas uniquement une bonne nouvelle pour les joailliers désireux de proposer à leurs clients les plus fortunés des bijoux d’origine extraterrestre.

Celle-ci suggère une présence d’eau nettement plus récente que prévu sur la planète rouge, impliquant que ses entrailles soient potentiellement restées habitables bien plus longtemps suite à l’assèchement de sa surface. Une bonne nouvelle pour Curiosity et son petit frère Perseverance, qui recherche actuellement des traces de vie dans le cratère Jezero, un site également riche en matériaux opalins.

Ces gisements pourraient également constituer une source d’eau précieuse pour les futurs visiteurs humains. Un tel élément n’étant pas étroitement lié à une structure cristalline, il pourrait être extrait en broyant et en chauffant le matériau. L’équipe a estimé qu’un halo d’un mètre de long pouvait contenir jusqu’à 5,7 litres d’eau dans les 30 premiers centimètres du sol martien.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments